Le centre monumental de Baelo Claudia. Rapport 2017

L. Brassous (dir.), X. Deru, O. Rodríguez, J. Boucard, N. Conejero Redondo, S. Dubourg, G. Florent, S. Lemaître, M. Gomes, M. Gutierrez, U. López Ruiz, Chr. Louvion, K. Roche


Les travaux conduits dans le cadre des recherches archéologiques menées sur le secteur sud-est du centre monumental de Baelo Claudia, entre le 3 et le 28 avril 2017 et du 4 au 8 septembre, marquent la sixième phase du Proyecto General de Investigaciones Arqueológicas (PGIA), approuvé par la Junta de Andalucía et porté par la Casa de Velázquez, en collaboration avec le Conjunto arqueológico de Baelo Claudia et les Universités de Séville, Lille 3 (Halma), La Rochelle (LIENSs) et Poitiers (HeRMA). Ces recherches bénéficient pour la deuxième année consécutive du soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères dans le cadre d’un quadriennal d’étude de l’habitat et des transformations de la ville de Baelo à l’époque tardive. Ce projet bénéficie également depuis cette année de la participation de l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA).

L’objet initial du projet est l’étude du secteur sud-est du centre monumental de la ville antique. Ce secteur couvre environ 450 m2 et se situe sur la marge orientale de l’îlot du forum de la ville. Il est délimité par le tracé des voies environnantes (fig. 1) : le cardo à l’est, le decumanus maximus au sud, la ruelle d’accès au forum à l’ouest longeant la basilique. Quant à la limite nord, elle est fournie par le secteur de la « grande domus » où des fouilles ont déjà été menées en 1974-1975 (Remesal et alii, 1976, pp. 484-485). Les objectifs de ce programme sont de caractériser et restituer l’architecture, la chronologie et la fonction des occupations successives dans ce secteur, et d’étudier l’articulation des espaces centraux de la ville grâce à l’emboîtement des différentes échelles d’analyse et la contextualisation des structures repérées dans le secteur sud-est. Une attention toute particulière est portée aux transformations de ce secteur apparues durant l’Antiquité tardive tant cette phase de l’histoire de la ville reste encore obscure. En l’absence d’une fouille archéologique approfondie et d’après quelques sondages ponctuels, le secteur a traditionnellement été désigné comme celui du « monument du sud-est » (Sillières, 1995, p. 128).

Fig. 1 - Localisation du secteur de fouilles de Baelo Claudia (plan de M. Fincker et V. Picard, IRAA).

Fig. 1 – Localisation du secteur de fouilles de Baelo Claudia (plan de M. Fincker et V. Picard, IRAA).

L’état des découvertes avant la campagne de 2017

Les recherches conduites depuis 2012 ont permis de relativiser l’idée d’un monument unique et mis en évidence la succession de plusieurs édifices, et d’en proposer une chronologie relative pour leurs phases de construction, d’occupation voire de réoccupation et de destruction (fig. 2) [Brassous, Deru, Rodríguez, 2016]. L’occupation la plus ancienne identifiée dans le secteur est constituée par ladite « grande domus », un édifice dont la nature domestique doit encore être confirmée. Il se développe autour d’une cour à péristyle partiellement mise au jour (fig. 2, VI). Deux entrées permettaient d’accéder à cette cour depuis l’extérieur de l’édifice. Une entrée principale donnant sur le cardo à l’est depuis la cour et un étroit couloir situé dans l’angle nord-ouest de la cour donnant accès à la ruelle logeant la basilique. Autour de la cour se distribuent diverses pièces qui n’ont pas encore été intégralement fouillées. Celles du sud ont disparu avec la construction de l’édifice monumental. À l’ouest de la cour, se situe la plus grande pièce de l’édifice (IX), peut-être un tablinum ou un triclinium par sa largeur. À l’exception de la cour fouillée en 2017, il reste à explorer les salles au nord-ouest dont le plan se devine à l’arase des murs découverts lors de l’enlèvement des couches de remblai couvrant l’édifice. Ladite « grande domus » fut ensuite amputée de sa partie méridionale par la construction d’un édifice monumental du Haut-Empire. Après cela l’espace intérieur du portique fut partiellement compartimenté, l’abandon définitif de la domus ne survenant probablement qu’au cours des IIIe/IVe s.

Fig. 2 - Plan des structures découvertes dans le secteur sud-est du forum depuis 2012. En bleu, la « grande domus » ; en rouge, l’édifice monumental du Haut-Empire (DAO Chr. Louvion).

Fig. 2 – Plan des structures découvertes dans le secteur sud-est du forum depuis 2012. En bleu, la « grande domus » ; en rouge, l’édifice monumental du Haut-Empire (DAO Chr. Louvion).

L’édifice monumental construit au sud de la « grande domus » est unique à ce jour à Baelo par sa forme et par la richesse de sa décoration. Il s’organise autour d’un atrium et d’une grande salle pavée d’un opus sectile, dont les murs périphériques étaient pourvus de niches dans lesquelles était exposé un groupe statuaire. Plusieurs pièces sont associées à cet édifice au sud (A-D). Elles semblent dans un premier temps avoir été des boutiques ouvertes sur le decumanus par l’intermédiaire d’un portique longeant l’ensemble de l’îlot au sud, puis intégrées partiellement comme annexes de l’édifice. Après un premier abandon de l’édifice qu’il faut dater vers la fin du IVe s., quatre phases successives de réoccupation des vestiges de ce monument, situées entre les Ve et VIe s., ont été identifiées. Il s’agit de structures domestiques tardives à l’architecture sommaire, appuyées sur certains murs encore en élévation de l’édifice précédent et utilisant des matériaux de remploi. Paradoxalement, les découvertes matérielles réalisées dans ces niveaux de l’époque tardive traduisent un réel dynamisme démographique et économique de l’agglomération à cette période. Une cinquième phase d’occupation encore impossible à caler chronologiquement entre les VIe et XIXe s. est marquée par la construction d’un très grand bâtiment maçonné. Le secteur fut ensuite occupé par l’ancien village de pêcheurs de Bolonia.

Les résultats de la campagne de 2017

Les activités de l’année 2017 ont été dédiées à la fouille de terrain, l’étude et l’analyse des artéfacts archéologiques et les premières études architecturales des édifices. Alors que la fouille des occupations tardives est presque achevée sur l’ensemble du secteur sud-est et a permis la publication récente d’un important article de synthèse sur cette question (cf. Brassous et alii, 2017), les recherches se concentrent maintenant sur les édifices et les niveaux d’occupation plus anciens.

La « grande domus »

Dans ce secteur, les travaux ont été menés cette année sur l’espace intérieur de la cour à portique. L’enlèvement des différents niveaux de remblai et de la couche de destruction de l’édifice a permis de découvrir l’architecture complète de cette cour qui présente un portique de trois colonnes sur quatre. Quatre bases de colonnes sont encore conservées in situ. Les autres ont été arrachées et récupérées après l’abandon de l’édifice. L’entrecolonnement était fermé par un muret bas. L’accès au centre de la cour se trouve en face de la salle principale de la domus. Le sol de la cour est formé d’une couche en béton de tuileau. Au centre de la cour, se situe encore la margelle en pierres du trou de puisage d’une citerne (ou simple puisard). Autour de cette margelle, une trace circulaire dans le sol marquée par un léger relèvement du mortier semble être celle d’une margelle plus large, liée au sol, d’une première phase mais remplacée ultérieurement par la margelle plus sommaire conservée aujourd’hui. La canalisation d’évacuation du trop plein de cette citerne a été mise au jour et fouillée dans les salles VIb et XI. Cette fouille a aussi montré l’existence de deux phases dans cette canalisation. La succession de ces deux phases pourrait être liée à la réorganisation interne de l’espace de la domus provoqué par la construction de l’édifice monumental et la compartimentation du portique.

Malgré l’intérêt évident que la fouille de cette citerne représente, en raison du « piège » qu’elle constitue pour le mobilier archéologique et qui en assure sa bonne conservation, il s’est avéré impossible d’envisager son exploration au cours de cette campagne à cause d’un manque de temps et de moyens pour assurer la sécurité de la fouille, tout en préservant la structure.

L’édifice monumental

Au cours de la campagne de 2017, l’un des objectifs était également de poursuivre l’étude de l’édifice monumental construit sur la partie méridionale de la « grande domus ». Lors de cette campagne, les travaux entrepris ont d’abord consisté à retirer, après enregistrement, les derniers vestiges des occupations tardives construites sur les décombres du grand édifice monumental. Cette opération était nécessaire pour fouiller la grande salle et permettre le dégagement complet de l’atrium (fig. 3). Afin d’obtenir des données chronologiques sur la construction de l’édifice, deux sondages ont également été réalisés, dans l’atrium et dans l’une des boutiques/annexes méridionales de l’édifice.

Fig. 3 - Vue depuis l’ouest de l’Atrium et de la grande salle de l’édifice monumental (cliché L. Brassous/O. Rodríguez)

Fig. 3 – Vue depuis l’ouest de l’atrium et de la grande salle de l’édifice monumental (cliché L. Brassous/O. Rodríguez)

Dans la grande salle, sous les murs tardifs, la séquence stratigraphique se poursuivait avec un puissant niveau d’effondrement de l’édifice contenant un abondant matériel de construction, parmi lequel de grands blocs de pierres taillés en calcaire gris, de nombreux fragments de tegulae et imbrices de la couverture ainsi que de nombreux nodules d’enduit, similaire à celui qui est présent sur les parois encore en élévation. Les fragments de plaques de marbre sont également très abondants. Occasionnellement, du bois carbonisé est apparu, provenant très probablement de la propre charpente de l’édifice. Le matériel le plus remarquable est constitué de plusieurs pièces sculptées d’une grande singularité devant être interprétées comme des éléments du mobilier et de la décoration de cet espace (fig. 4). Il s’agit tout d’abord du fragment inférieur d’une grande sculpture féminine à tunique large et sandales qui devait atteindre 2 m de hauteur. Ce type de chausse est le plus fréquent sur les représentations de divinités, d’impératrices ou sur des représentations combinant celles-ci, sous forme de prêtresses ou divinités personnifiées. En raison de la taille réduite du fragment conservé, les propositions d’identification restent risquées. Il est toutefois permis de penser que cette sculpture s’apparente au type classique des représentations de Céres ou de la Grande Herculanaise (Alexandridis, 2004 ; Kruse, 1975). Deux fragments jointifs d’une autre statue féminine en tunique, d’une taille quelque peu inférieure à la moyenne naturelle, ont également été mis au jour, mais l’identification de cette statue est encore plus difficile. Un troisième fragment correspondant au petit torse dénudé d’un personnage masculin, qui pourrait être d’un type similaire à celui de Zeus-Jupiter assis, employé fréquemment comme représentation divine ou pour des représentations impériales idéalisées, a également été découvert. Le matériel contenait d’autres fragments en marbre de sculpture, dont des drapés de petites dimensions, quelques pièces devant servir d’appui à d’autres éléments du mobilier rituel de la salle, ainsi qu’une torche complète de 30 cm de haut. L’accès à cette salle se faisait depuis l’atrium au travers d’une grande porte large de 2,13 m. Le seuil de cette ouverture est fait de deux grands blocs rectangulaires de grès brun très compact. Les cavités et encoches encore visibles permettent de restituer le système des fermetures. Deux mécanismes différents coexistaient ici. Le premier est caractéristique d’une porte à trois battants permettant de fermer la porte dans sa totalité. Le second, auquel correspondent deux larges et profondes cavités situées sur la surface la plus élevée du seuil, était destiné à soutenir un parapet mobile, servant à interdire l’accès sans toutefois empêcher la vue de la salle depuis l’extérieur. La salle mesure 6 m sur 4,60 m. Elle est délimitée sur les côtés latéraux et à l’ouest par d’épais murs podiums. Cette salle principale était pavée avec un sol de type opus sectile réalisé de plaques de marbre de différentes variétés (giallo antico de Chemtou, greco scritto, cipollino vert, pavonazzetto, rosso antico, serpentin…) qui ont été en grande partie récupérées après l’abandon de l’édifice. Seules quelques dalles de marbre ont été conservées en place. Néanmoins, les empreintes sur le mortier de la couche de préparation des plaques disparues ont permis de restituer, dans ses grandes lignes générales, le dessin assez simple du pavement. Ainsi le centre géométrique de la salle était marqué par une forme quadrangulaire dont quelques indices suggèrent qu’il devait y avoir là des dessins plus complexes. Enfin, la décoration de la salle est complétée à la base des murs par un placage de marbre violet.

Fig. 4 - Le mobilier en marbre mis au jour dans la grande salle de l’édifice monumental (O. Rodríguez).

Fig. 4 – Le mobilier en marbre mis au jour dans la grande salle de l’édifice monumental (O. Rodríguez).

Dans l’atrium, l’enlèvement de quelques segments de murs tardifs encore en place a permis de mettre au jour l’impluvium au centre de la salle. Au cœur de ce dernier se trouve la bouche d’une structure hydraulique sous-jacente, vraisemblablement une citerne destinée à recueillir les eaux de pluies. Par ailleurs, dans l’impluvium, contre le muret oriental, six blocs de calcarénite forment une structure quadrangulaire parfaitement alignée sur l’axe médian est-ouest de la grande salle de l’édifice. D’après sa forme et cette situation dans l’alignement de la grande salle nous émettons l’hypothèse qu’il s’agisse des vestiges d’un autel.

À la limite de l’atrium et du vestibule de l’édifice monumental, dans le prolongement du mur du fond des boutiques, le sol en béton présentait un renflement pouvant témoigner de la présence d’un mur sous-jacent. C’est à cet emplacement qu’un sondage de 2 m de côté fut réalisé. Ce sondage a permis l’observation du béton tuileau formant le sol de l’atrium et du mur attendu, de couches inférieures et, au plus profond, d’un caniveau, dont il est encore difficile de savoir à quel édifice il se raccorde en raison de sa connaissance trop partielle. Son altitude suggère qu’il pourrait être antérieur au premier état des boutiques.

La découverte de ce mur permet aujourd’hui de confirmer que les boutiques dans leur phase de construction étaient au nombre de quatre (A-D) [fig. 2], et s’ouvraient sur le decumanus. Elles ont ensuite été transformées lors de la construction de l’édifice monumental. Le mur du fond des boutiques A et B, à hauteur de l’édifice monumental, a été arasé et ensuite surmonté par le mur méridional de la grande salle. Au niveau du vestibule de l’édifice monumental et de l’ancienne boutique D, le mur a été arasé et recouvert par le béton du sol de l’atrium. Hormis dans la boutique C, nous ne savons guère plus de cet état ancien, car les fouilles furent surtout consacrées au dégagement des comblements tardifs de ces espaces. En l’absence de liaison stratigraphique, il reste pour l’instant difficile de dire si ces boutiques étaient reliées à la « grande domus » avant sa destruction partielle par l’édifice monumental.

Rappelons enfin que dans la moitié sud de la boutique C, un sondage peu profond a été entrepris afin d’apporter quelques éléments concernant les états anciens de ces boutiques. Ce sondage, réalisé sous le dernier sol de la boutique, a permis l’observation du mur occidental de la boutique appartenant à une phase antérieure et celle d’un caniveau orienté sud-est/nord-ouest qui semble se diriger vers la citerne de l’atrium. Il est maintenant évident que le mur découvert a été arasé lors de l’élargissement de la boutique B et de l’aménagement du vestibule de l’édifice monumental. Le mobilier recueilli dans ce sondage offre, avec celui du sondage réalisé dans l’atrium, les premiers indices chronologiques pour la construction de l’édifice.

Dans le sondage de l’atrium, les couches du fond ont livré un petit assemblage daté du premier tiers du Ier s. ap. J.-C. Quant aux couches directement situées sous le sol de l’édifice monumental, elles contenaient quelques types céramiques qui semblent les mêmes que ceux appartenant à l’horizon antérieur à la basilique, qui est daté du milieu du Ier s., ainsi que des monnaies de Claude Ier. Dans le sondage de la boutique C, la couche intermédiaire entre les sols de la première et de la deuxième phase des boutiques, et donc antérieure à la construction de l’édifice monumental, a pour l’instant livré de la terre sigillée comprenant encore des produits italiques, mais également du sud de la Gaule et peut-être hispaniques, de la céramique à parois fines, ainsi que de la céramique engobée.

Etudes et analyses des artefacts archéologiques

Les études de matériels réalisées cette année ont d’abord été dédiées à la céramique. Il s’agissait de clôturer le traitement de la céramique retrouvée en 2016 et entamer celui de cette année. D’un point de vue quantitatif, on peut indiquer que 9 542 tessons ont été récoltés en 2016 (774 en Nombre Minimum d’Individus). De 2017, 1 791 tessons (NMI 214) ont été jusqu’à présent comptés. A l’exception du mobilier provenant des sondages réalisés sous l’édifice monumental et brièvement présenté ci-dessus, l’essentiel se rattache à deux horizons tardifs des Ve et VIe s.

L’année 2017 fut aussi l’occasion de réaliser un premier catalogue complet des monnaies découvertes sur le site depuis 2012. Ce catalogue comprend 326 monnaies comprises dans un arc chronologique s’étendant de la période tardo-républicaine au XVIIIe s., mais 90 % d’entre elles sont des monnaies des IIIe et IVe s.

Une série d’analyses géoarchéologiques et paléoparasitologiques a été également été effectuée en collaboration avec les universités de Grenade et de Besançon. L’examen géoarchéologique, et en particulier micromorphologique, a permis, entre autres, de confirmer l’utilisation de l’adobe comme technique de construction à l’époque tardive. Il a aussi montré que le secteur avait servi de zone de stabulation entre l’abandon de l’édifice monumental et sa réoccupation dans l’Antiquité tardive. Quant à L’examen paléoparasitologique, il a confirmé la pollution fécale de l’environnement tardif de Baelo Claudia et la circulation de l’ascaridiose à l’époque tardive, une parasitose qui a probablement pesé sur la santé des populations et l’économie liée à l’élevage de porc, notamment par la spoliation alimentaire causée par l’infestation.

Enfin, grâce à la participation de l’IRAA, l’analyse détaillée des blocs architecturaux et des seuils de porte est venue compléter celle des vestiges conservés sur le site. Les données rassemblées grâce à une étude comparative des vestiges et des hypothèses permettront de restituer la forme d’origine des édifices. Ce travail a été pour l’instant limité à l’édifice monumental construit sur la « grande domus ». Le travail de restitution a commencé par l’élaboration d’une maquette tridimensionnelle de l’édifice monumental, des boutiques et du portique (fig. 5).

Fig. 5 - Maquette tridimensionnelle de l’édifice monumental (étude de travail de S. Dubourg, IRAA sur le relevé de Ch. Louvion).

Fig. 5 – Maquette tridimensionnelle de l’édifice monumental (étude de travail de S. Dubourg, IRAA sur le relevé de Ch. Louvion).

Conclusion

Les travaux de terrain, les études et analyses de matériel, ainsi que les premiers essais de restitutions architecturales réalisés au cours la campagne de 2017 ont permis d’améliorer considérablement nos connaissances de l’occupation du secteur sud-est du forum. Cette année, les résultats sont particulièrement novateurs pour la connaissance de l’édifice monumental. Les différents sondages réalisés sous ses sols ont permis de caler chronologiquement la construction de cet édifice dans la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. Quant à sa fonction, en l’absence d’inscription, seuls les vestiges permettent d’y réfléchir. Le plan ne correspond, à première vue, à aucune des typologies architectoniques canoniques les plus connues. Les découvertes archéologiques nous permettent toutefois d’affirmer de façon à peu près certaine qu’il s’agissait d’un édifice public ou semi-public, c’est-à-dire lié à un groupe particulier mais ouvert au public. Il était destiné à l’exhibition d’un groupe statuaire et il fut certainement un lieu de culte comme semblent l’indiquer l’analyse des fragments de statuaire et l’organisation générale de l’édifice. La littérature archéologique fournit un certain nombre d’exemples qui présentent de forts points communs avec notre édifice – l’édifice à abside de Roselle (Italie) ; l’augusteum de Narona (Croatie) ou encore la salle des Augustales de Luni (Italie). Toutefois, ce travail de comparaison n’est pas toujours porteur de solution définitive car, dans bien des cas, les identifications elles-mêmes des bâtiments comparés sont aussi sujettes à caution. Cela permet néanmoins d’apporter des éléments solide de discussion voire de réponse à la question de la nature de l’édifice monumental du forum sud-est de Baelo.

L’ensemble des activités ainsi réalisées au cours de l’année 2017 permettra d’envisager sereinement la prochaine campagne de 2018, dont les principaux objectifs, outre la poursuite des études et analyses de matériels, résideront à la fois dans la fouille des salles inexplorées de la « grande domus », la réalisation de différents sondages sous ses sols afin de fixer la chronologie de sa construction qui reste à préciser, et la fouille de la citerne. D’autres sondages doivent également être réalisés dans les boutiques méridionales afin de préciser leur chronologie et leur architecture, avant la construction de l’édifice monumental.

Bibliographie

Alexandridis, A. (2004), Die Frauen des römischen Kaiserhauses: eine Untersuchung ihrer bildnichen Darstellung von Livia bis Julia Domna, Mainz am Rhein.

Brassous, L., Deru, X., Rodríguez, O. (dir.) [2016], El Conjunto Monumental de Baelo Claudia, evolución y transformaciones de un espacio público. Análisis diacrónico y multiescalar del sector sureste, fase V. 2016, Memoria preliminar, documento técnico inédito, Consejería de Cultura y Deporte, Junta de Andalucía, 260 p.

Brassous, L., Deru, X., Rodríguez, O., Dananai, A., Dienst, S., Doyen, J.-M., Florent, G.  M. Gomes, M., Lemaître, S., Louvion, Chr., Oueslati, T., Renard, S. (2017), « Baelo Claudia dans l’Antiquité tardive : l’occupation du secteur sud-est du forum de Baelo claudia entre les IIIe et VIe s. », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 47.1, p. 167-200.

Kruse, H. J. (1975), Römische weibliche Gewandstatuen des zweiten Jahrhundert n. Chr., Göttingen.

Remesal, J., Rouillard, P., Sillières, P., Chronique de la dixième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo en 1975 (Bolonia, province de Cadíz), Mélanges de la Casa de Velázquez, 12, 1976, p. 471-502.

Sillières, P., Baelo Claudia. Une cité romaine de Bétique, Madrid, Casa de Velázquez, 1995.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.