L’eau à Baelo Claudia. Rapport 2017

Les objectifs

La fouille archéologique de 2017 (fig. 1) fait suite à deux campagnes de prospections pédestres réalisées en 2013 et 2014 ainsi qu’à deux opérations de terrain en 2015 et 2016. Elles avaient mis en évidence l’importance du réseau d’alimentation en eau de la ville romaine de Baelo Claudia, l’originalité de certains de ses vestiges et leur bon état de conservation. Elles ont révélé des structures inédites telles que des puits de rupture de pente et une piscina limaria (bassin de décantation) sur l’un des trois conduits. En effet, la ville romaine était approvisionnée en eau par trois aqueducs : celui de Molino de Sierra Plata à l’ouest, celui de Realillo au nord et celui de Punta Paloma à l’est (Borau 2013, 2014, 2015, 2016). L’opération menée l’an passé portait sur des structures-clés de l’ingénierie hydraulique romaine de la ville antique, justifiant à terme un projet plus vaste. C’est la raison pour laquelle nous avons présenté cette année auprès des services de la Junta de Andalucía, un « Proyecto General de Investigación » d’une durée de 6 ans qui a été accepté.

Fig. 1 - Vue générale de la zone étudiée en 2017 (Photo. L. Borau)

Fig. 1 – Vue générale de la zone étudiée en 2017 (Photo. L. Borau)

L’opération de 2017 a donc porté sur deux secteurs :

  • un tronçon du canal de l’aqueduc de Punta Paloma, juste après le pont-aqueduc de Chorrera, au moment où l’aqueduc rentre dans la ville romaine
  • l’îlot suivant, secteur inexploré, mais stratégique notamment en raison de sa situation en amont de la fontaine monumentale

Cette campagne, intitulée « Sondeos arqueológicos: estudio de las redes hidráulicas romanas de Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz). Acueducto de Punta Paloma », s’est déroulée durant 15 jours seulement mais elle a fourni de nouveaux résultats qui confirment l’importance de cette thématique au sein du site.

Les résultats

Nous avons d’abord procédé au nettoyage de l’ensemble du secteur qui se situe entre le pont-aqueduc de Chorrera à l’entrée du parcours de visite du site archéologique et l’enceinte romaine. Il s’étend sur plus de 30 m de longueur (fig. 2). Nous avons ensuite implanté des sondages sur des points-clés, précisément sur : un tronçon du canal de l’aqueduc, là où il franchit les deux remparts de la ville ; la structure considérée jusqu’à présent comme une « citerne » ; une zone vierge de vestiges apparents correspondant soit au passage de l’aqueduc dans la ville soit à une structure de rétention d’eau, de type château d’eau. Puis nous avons effectué à un décapage manuel dans l’îlot en amont de la fontaine monumentale et du Capitole sur 3 m², faute de moyens mécaniques à ce stade de la fouille.

Fig. 2 - Photogrammétrie de l’aqueduc et la pseudo « citerne » (Photo. C. Trémeaud. DAO F. Comte)

Fig. 2 – Photogrammétrie de l’aqueduc et la pseudo « citerne » (Photo. C. Trémeaud. DAO F. Comte)

L’aqueduc

Le canal de l’aqueduc est parfaitement conservé (fig. 3). Il manque seulement la partie supérieure, c’est-à-dire les dalles de couverture au moment où le conduit traverse le rempart daté du milieu du Ier siècle. En élévation, le canal est quasiment complet. Il mesure 0,42 m de largeur et 0,47 m de hauteur dans la coupe orientale mais dans la coupe occidentale, il est plus petit et se réduit à 0,32 m de largeur et 0,45 m de hauteur. Il est réalisé en petits moellons d’une vingtaine de centimètres de côté, liés à un mortier blanc sableux de bonne qualité. L’ensemble du specus est recouvert d’une couche de mortier de tuileau de 2 cm d’épaisseur, de très bonne qualité dépourvu de bourrelet aux angles inférieurs du canal. En revanche, il semble recouvrir le sommet de chaque piédroit afin de former un joint d’étanchéité avec la dalle de couverture. On observe deux fissures dans la paroi sud ainsi qu’un basculement du fond du conduit, liés soit à des mouvements sismiques, soit à la nature argileuse du terrain. Le canal de l’aqueduc est bouché à l’extrémité ouest par le mur de la « pseudo-citerne ». En l’état actuel de la documentation, on ne s’explique donc pas l’implantation de cette dernière sur l’aqueduc puisque ces deux structures ne semblent pas entretenir de lien fonctionnel. Plus l’aqueduc s’approche du rempart plus il forme une courbe en direction du sud-ouest particulièrement au passage des deux remparts.

Fig. 3 - Canal de l’aqueduc, vue vers l’est (Photo. L. Borau)

Fig. 3 – Canal de l’aqueduc, vue vers l’est (Photo. L. Borau)

La « pseudo-citerne » ou la « structure quadrangulaire indéterminée »

La structure qualifiée de « citerne » est construite en blocs de grès et de calcarénite probablement en remploi et comporte également des inclusions de tuiles. Il n’y a pas d’assises régulières et l’ensemble est d’assez mauvaise facture. Cette construction quadrangulaire et voûtée s’appuie sur le rempart augustéen. Intérieurement, elle est intégralement enduite d’un mortier blanc qui recouvre également le fond. Ce mortier est de nature différente de celui de l’aqueduc. Extérieurement l’enduit blanc n’apparait que sur les parties qui étaient à l’origine, à l’air libre. Or, l’érosion ou les fouilles anciennes ont fait apparaître l’épiderme du mur c’est-à-dire la partie qui se trouvait alors sous terre, probablement sous un talus surmontant l’ancien rempart augustéen. On observe d’ailleurs la limite entre les parties enduites et enfouies. L’élévation hors-sol des murs varie entre 0,72 m à l’est, 1,20 m à l’ouest, 0,80 m au sud et 0,26 m au nord. Les murs sont épais de 0,52 à 0,60 m en moyenne. La structure est conservée sur 1,99 m de hauteur totale, près de la voûte. Une porte à l’ouest, de 0,80 m de largeur, assurait l’accès. La profondeur du fond de cette structure par rapport au seuil d’entrée est de 0,54 m. Extérieurement, ses parois mesurent : 2,24 m de longueur au nord, 2,15 m à l’est, 2,29 m au sud, 1,96 m à l’ouest. Le dégagement de la couche limoneuse qui comblait le fond n’a pas permis d’identifier la bouche d’entrée de l’aqueduc. Bien au contraire, l’ensemble est parfaitement homogène avec un enduit blanc uniforme. On doit donc en conclure que cet aménagement est postérieur à l’aqueduc (fig. 4). Bien qu’il se situe sur l’axe de celui-ci, il n’existe pas de lien fonctionnel comme on pouvait le supposer. Mais faute d’indice probant, il est difficile pour l’heure de déterminer sa fonction. Faut-il envisager que cette structure date de l’époque moderne ? Rien n’est moins sûr. On peut seulement affirmer qu’elle est établie une fois l’aqueduc abandonné puisqu’elle s’appuie sur les couches d’abandon qui comblent le canal.

Fig. 4

Fig. 4 – Vue vers l’ouest de l’aqueduc et de la pseudo « citerne » (Photo. L. Borau)

Les remparts

Deux remparts successifs cernaient la ville de Baelo Claudia. Le premier édifié sous Auguste est remplacé par une deuxième enceinte au cours de la première moitié du Ier siècle. La fouille de cette année a permis d’examiner leurs techniques de construction et surtout leur rapport avec les structures postérieures telles que l’aqueduc et la « structure quadrangulaire indéterminée ».

Le rempart augustéen, de 1,70 m de largeur, est réalisé à partir de blocs de grand appareil de calcaire liés à de l’argile alors que le rempart 2 est construit en opus caementicum rythmé par des blocs en grand appareil. Ils sont séparés de 0,86 m de largeur par une succession de couches de remblais. Chacun des remparts semble coupé par l’aqueduc. D’ailleurs on note un niveau de perturbation, peut-être une restauration du second rempart lors de la construction de l’aqueduc. On ignore comment s’opérait le franchissement du rempart augustéen car ce point est justement perturbé par l’implantation de la « structure quadrangulaire indéterminée ». Dans tous les cas, d’après l’analyse stratigraphique, l’aqueduc est postérieur à ces deux remparts.

Le réseau d’eau à l’intérieur de la ville

L’un des objectifs de cette campagne de fouille était également de déterminer l’emplacement de l’aqueduc ou de son château dans la ville. En effet, à l’ouest de la structure quadrangulaire indéterminée, nous avons logiquement implanté un premier sondage dans l’axe de l’aqueduc déjà visible à l’est de cette dernière, puis un second sondage au sud. Malheureusement, après un dégagement profond, il faut admettre que les structures archéologiques ont complètement disparu. Seule une grande fosse subsiste, contenant beaucoup de matériel archéologique antique dont la datation doit encore être précisée. Deux hypothèses peuvent être proposées :

  • l’implantation de la structure quadrangulaire indéterminée associée à la fosse masque une structure archéologique plus ancienne ou a détruit une partie des vestiges.
  • l’importante érosion du secteur a fait disparaître intégralement les vestiges intra-muros le long du rempart, lui-même très érodé.

Ilot en amont de la fontaine monumentale et du Capitole

Un décapage a initialement été réalisé sur 5 x 2 m soit 10 m². Faute de moyens mécaniques disponibles, le sondage a seulement été commencé. En forme de L, il a été réduit à 1,40 m x de 2,20 m. Il faudra à l’avenir le poursuivre avec l’aide d’une pelle mécanique car les niveaux de remblais sont trop épais. Nous avons donc procédé à un dégagement manuel sur 0,70 m de profondeur afin de tester le comblement et nous avons mis au jour plusieurs blocs dans une couche de remblai contenant de la céramique roulée.

Bilan et perspectives

Cette campagne de fouille sur les réseaux d’eau de Baelo Claudia a permis de fouiller pour la première fois l’aqueduc de Punta Paloma et d’analyser ses techniques de construction. Ce conduit est le plus important des trois aqueducs qui alimentaient la ville à la fois par les dimensions de son specus et donc par la quantité d’eau qu’il véhiculait, mais aussi par le nombre d’ouvrages d’art qu’il possédait (5 ponts). Cette fouille a permis d’établir la relation que ce conduit entretient à la fois avec les deux remparts successifs qui délimitent la ville mais aussi avec la « pseudo-citerne ». De fait, il faut désormais écarter une relation entre ces deux structures puisque la structure quadrangulaire est établie sur le rempart augustéen et lorsque l’aqueduc est abandonné.

En outre, afin d’avoir une vision d’ensemble de la zone de fouille, nous avons effectué un relevé photogrammétrique grâce à la collaboration avec le Pôle Humanités numériques du laboratoire AUSONIUS de Bordeaux.

Désormais, il reste à éclaircir la question du parcours de l’aqueduc ou de l’organisation du réseau d’eau dans la ville : fontaine, château d’eau, bassin de répartition ? C’est ce que les futures opérations de terrain permettront de déterminer à l’avenir. La chronologie sera également affinée par une étude céramologique du mobilier découvert cette année ainsi que par les études géomorphologiques des sédiments piégés dans le conduit et les fosses. En complément, une étude parasitopathologique sera réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat par Kevin Roche (Univ. Bordeaux-Montaigne) afin de déterminer si l’environnement immédiat de l’aqueduc était susceptible d’être pollué.

A l’avenir, il sera donc important d’approfondir ce travail en poursuivant la réalisation de sondages aux abords des structures hydrauliques mises en évidence afin de comprendre les rapports qu’entretiennent ces réseaux d’eau à la fois avec la trame urbaine, l’habitat et les espaces publics.

Bibliographie

Borau L. 2013 : Agua y acueductos romanos a Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz), Actividad Arqueológica de Prospección, Informe preliminar, Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 61 p.

Borau L. 2014 : Agua y acueductos romanos a Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz), Actividad Arqueológica de Prospección, Informe. Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 82 p.

Borau L. 2015 : « Difusión de modelos romanos: particularidades técnicas del sistema de abastecimiento de agua a Baelo Claudia », Archivo Español de Arqueología, 88, p. 149-169.

Borau L. 2016: Sondeos arqueológicos: Estudio de las redes hidráulicas romanas de Baelo Claudia (Tarifa, Cadiz). Pozos de resalto y canales, Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 56 p.

Borau L. 2017: « L’eau dans la fabrique de la ville: état de la recherche à Baelo Claudia », Ouvrage en Hommage à B. Goffaux, Mélanges de la Casa de Velázquez, 47, p. 97-120.

Fernández Casado C. 1972: Acueductos romanos en España, Madrid, Instituto Eduardo Torroja, 1 vol.

Fernández Casado C. 1983: Ingeniería hidráulica romana, Madrid, Colegio de Ingenieros de Caminos, Canales y puertos, Ediciones Turner, 674 p.

Paris P. et al. 1923 : Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix).I. La ville et ses dépendances, Paris, De Boccard, 188 p.

Sillières P. 1995 : Baelo Claudia, une cité romaine de Bétique, Collection de la Casa de Velázquez, 51, 235 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.