La Silla del Papa (Tarifa, Cadix). Rapport 2017

Responsable

Pierre Moret (UMR 5608, TRACES, Toulouse)

Membres de l’équipe scientifique

Fernando Prados, María Paz de Miguel (Universidad de Alicante), Iván García Jiménez (Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia), Stéphanie Adroit, Carine Calastrenc, Jean-Marc Fabre, Florian Gonzalez, Helena Jiménez Vialás, Bastien Lefebvre, Antoine Laurent, Nicolas Poirier (UMR 5608, TRACES, Toulouse), Eduardo Ferrer, Francisco José García Fernández, Elena Fernández (Universidad de Sevilla), Alain Badie, Agathe Desmars (Institut de recherche sur l’architecture antique, USR 3155).

Institutions partenaires

ANR (programme franco-allemand ARCHEOSTRAITS), Casa de Velázquez, ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (mission archéologique « Phéniciens, Grecs et Ibères d’Alicante à Cadix »), Junta de Andalucía, Conjunto Arqueológico de Baelo Claudia, Universidad de Alicante, Universidad de Sevilla.

Site clé de la rive nord du détroit de Gibraltar, le sommet de la Silla del Papa (457 m) fut occupé pendant tout le premier millénaire avant notre ère par une communauté qui évolua au contact des Phéniciens, des Carthaginois puis des Romains. Ses habitants l’abandonnèrent au début du règne d’Auguste pour aller reconstruire leur ville, Baelo, sur le littoral. Après un abandon de plusieurs siècles, elle fut à nouveau occupée entre le VIe siècle et le IXe siècle de notre ère. Les travaux réalisés en 2017 ont exclusivement porté sur les nécropoles de la Silla del Papa, dans le prolongement des deux campagnes de 2016. Ils se sont déroulés du 17 avril au 12 mai, dans la zone J (secteur sommital) de la nécropole Nord-Ouest et dans la zone D de la nécropole Sud-Ouest.

La nécropole Nord-Ouest (Zone J)

Fig. 1 - Plan du site.

Fig. 1 – Plan du site.

Cette nécropole, découverte en 2012, est située à 170 m au nord de l’agglomération, dans le prolongement de la crête rocheuse qui la limite à l’ouest (fig. 1). Elle s’étend sur environ deux hectares. Le lieu choisi est un léger ressaut sur la crête qui prolonge vers le nord la limite ouest de l’oppidum. Il domine la principale voie d’accès à l’oppidum qui passait très probablement par l’intérieur du talweg, un peu plus à l’est. 27 monuments funéraires ont été identifiés depuis le début des travaux en 2013. La plupart, de forme circulaire, sont situés sur d’étroites terrasses s’étendant sur le versant est en contrebas du sommet. Les travaux de 2017 se sont portés sur les ensembles funéraires de la zone sommitale qui comprennent des monuments ronds et quadrangulaires. Le muret moderne de limite de propriété qui courait sur cette ligne de crête a été démonté en 2016, mettant au jour les bases de trois monuments dont l’étude a commencé l’an dernier, et livrant plusieurs dizaines de blocs taillés qui avaient été remployés dans ce muret.

L’étude architecturale de ces éléments est menée par Agathe Desmars (IRAA et Casa de Velázquez), dans le cadre de sa thèse. Elle concerne plus de trois cents blocs d’architecture. Le travail de restitution porte en priorité, pour cette nécropole, sur les monuments J1 (carré, avec corniche à gorge égyptienne et pyramide sommitale), J2 (rond, avec corniche à gorge égyptienne et couverture ovoïde) et J2 (carré, avec une modénature d’origine italique). Rappelons que ces monuments ronds et carrés avaient pour seule fonction la signalisation d’un emplacement probablement réservé à une famille ou à un groupe particulier. Ils ne contiennent pas de sépultures. Les enterrements sont disposés autour de ces monuments ; ils sont constitués par des urnes cinéraires déposées en pleine terre ou dans un loculus protégé par des pierres. Les travaux de 2017 ont porté sur deux secteurs dont la fouille avait commencé en 2016 : J1 et J2.

L’ensemble funéraire J1

Dans le secteur J1, les entailles visant à ménager une surface plane sur le rocher permettent de restituer, un monument à base carrée de 2,8 à 2,9 m de côté. Il ne reste de ce monument aucun élément en place, mais les nombreux blocs trouvés soit dans le muret moderne, soit dans la couche d’effondrement à l’ouest, permettront de proposer une restitution hypothétique. Par ailleurs, des vestiges très lacunaires, limités à quelques blocs de l’assise de fondation, permettent de restituer deux petits monuments annexes à l’est et au nord-est de l’édicule carré (J 11 et J 12). En l’état des recherches, un lien stratigraphique, et partant un ordre de succession chronologique n’ont pas encore pu être établis entre ces trois constructions.

Autour de ces structures rondes, et entre elles et la base carrée, 21 urnes funéraires, distribuées en quatre ensembles (nord-est, nord, ouest et sud), ont été fouillées. Pour les deux premiers ensembles, les dépôts peuvent être mis en relation avec le monument circulaire septentrional (J 12). Pour les deux autres, le lien avec un monument est plus difficile à établir et seule l’analyse stratigraphique permettra de proposer des hypothèses.

Avec 13 urnes et un bétyle, l’ensemble ouest est le plus important du secteur. Plusieurs originalités y sont relevées. Tout d’abord, la superposition remarquable d’un bétyle en pierre recouvrant une urne complète de grande dimension, elle-même déposée sur une urne plus ancienne qui a été amputée de sa partie supérieure. D’autres urnes nous sont parvenues dans un état de conservation très partiel. Il n’en subsiste que le fond et quelques fragments de panse, mais elles n’étaient pas recouvertes par d’autres urnes. Par conséquent, leur dégradation n’est pas consécutive à un enterrement ultérieur, mais plutôt à un réaménagement de la zone, peut-être lié à la construction du bâtiment quadrangulaire.

L’ensemble funéraire J2 / J27

Cet ensemble avait fait l’objet d’un sondage en 2014, avant l’ouverture d’une fouille en 2016 sur une espace de 4 x 6 m. Au terme de cette campagne, deux structures étaient identifiées : J2, base carrée d’un peu plus de trois mètres de côté, et J27, soubassement très dégradé d’un monument circulaire plus ancien, au nord-est de J2. Il était également apparu que plusieurs blocs retrouvés autour de J2 correspondaient à un monument funéraire de plan circulaire d’un peu moins de 3 m de diamètre, que l’on avait restitué sur la base carrée de J2.

La campagne de 2017 a permis de mettre complètement au jour la structure circulaire de J 27, et d’étendre vers le nord la fouille de la zone sommitale. Cette structure se caractérise par un parement extérieur de petits moellons, bien différents des grands blocs taillés de tous les autres monuments connus à ce jour dans la nécropole. Son remplissage intérieur est formé par un cailloutis dense, sans aucune délimitation interne ou espace médian réservé qui aurait pu servir pour une sépulture, au moins au niveau conservé. Mais comme la structure est très arasée, il est possible qu’un dépôt funéraire existât un peu plus haut, au-dessus de la couche de fondation. Il est donc possible qu’il s’agisse d’un tumulus funéraire du premier âge du Fer. Les fragments d’urne « Cruz del Negro » à décor de bandes peintes et d’assiette à vernis rouge de tradition phénicienne, trouvés en 2016 dans un niveau superficiel remanié, sont peut-être à mettre en relation avec cette structure funéraire bien antérieure à toutes celles qui ont été fouillées jusqu’ici dans la nécropole. Stratigraphiquement, le seul élément de datation assuré est le terminus ante quem fourni par une urne déposée contre la base du tumulus, après la destruction partielle et l’arasement de ce dernier, urne qui est datable du dernier quart du IIIe siècle a.C.

Au nord du monument J2, la fouille de la crête sommitale a livré des informations intéressantes sur les rituels associés aux dépôts funéraires. Une dépression d’à peine plus d’un mètre carré, entre deux alignements rocheux, était remplie par un sédiment à forte concentration de cendre (US 14678), avec un abondant matériel céramique comprenant trois vases de Campanienne B (formes Lamb. 27, Lamb. 31 et Lamb. 33), déposés en position retournée, et un fragment d’amphore Dressel I. Tout porte à croire qu’il s’agit du mobilier d’un rituel de libation ou de banquet funéraire. Ce dépôt peut être daté du début du Ier siècle a.C.

La succession des dépôts, les éléments stratigraphiques et le matériel contenu dans les urnes permettent d’affirmer aujourd’hui que l’ensemble J2 a été en fonctionnement entre la fin du IIIe siècle a.C. et les dernières décennies avant le changement d’ère, avec dans sa phase la plus récente, après 50 a.C., des urnes à panse globulaire et bord plat, fabriquées localement, qui ressemblent beaucoup aux urnes les plus anciennes de la nécropole orientale de Baelo Claudia, datées de la fin du règne d’Auguste. Ces éléments, avec d’autres évoqués dans le rapport 2016, indiquent une corrélation claire et une succession immédiate dans l’utilisation des deux espaces funéraires, après l’abandon de la Silla del Papa. Il semble même qu’il y ait eu pendant une période de quelques décennies une utilisation conjointe des deux nécropoles, certaines familles continuant à enterrer leurs morts dans l’ancienne nécropole jusqu’au début du premier siècle de notre ère.

En revanche, la succession des deux grands types de monuments, ronds et quadrangulaires, n’est pas aussi nette qu’il n’y paraissait après la première campagne de fouille. Certains monuments ronds, comme J11, J12 et J27, sont détruits lors de la monumentalisation du secteur sommital, mais d’autres, comme J10, restent utilisés jusqu’à l’abandon du site. Quoi qu’il en soit, la volonté de mettre en valeur certains monuments en augmentant leur taille et en les plaçant sur la ligne de crête, bien visibles depuis le principal chemin d’accès qui, venant du nord, passait en contrebas, dans une impressionnante scénographie funéraire, est une caractéristique de la dernière phase d’occupation.

La nécropole Sud-Ouest (Zone D)

La zone D est une vaste terrasse qui s’étend à mi-pente, au sud-ouest de l’acropole de l’oppidum préromain (fig. 2). Trois phases d’occupation s’y sont succédé. La plus récente date du haut Moyen-Âge. Elle comprend une église wisigothique (D1) et plusieurs bâtiments annexes mal conservés : une construction à extrémité arrondie (D2, 6011) ; un mur de terrasse (D3) et un bâtiment rectangulaire (D4). Tous ces édifices sont construits avec des blocs réemployés provenant de la nécropole antique. Celle-ci est beaucoup moins facile à étudier que la nécropole Nord-Ouest en raison des remaniements postérieurs. Trois fondations de monuments ont été identifiées en 2017, dans les secteurs D2, D4 et D6, mais ce n’est sans doute qu’une petite partie de ce qui existait au Ier siècle a.C. Enfin, la phase d’occupation initiale, encore plus mal connue, peut être datée entre le Bronze Final et le début du premier âge du Fer.

Fig. 2 - La zone D vue du sud-est. À gauche, base carrée du monument funéraire 6012 ; à droite, église wisigothique. Au fond, le littoral de la baie de Zahara.

Fig. 2 – La zone D vue du sud-est. À gauche, base carrée du monument funéraire 6012 ; à droite, église wisigothique. Au fond, le littoral de la baie de Zahara.

Le monument funéraire 6012 (secteur D2)

Le secteur D2 est situé à une quinzaine de mètres au sud de l’église wisigothique. Les travaux entrepris en octobre 2016 et poursuivis en avril-mai 2017 avaient pour objectif de dater et de caractériser une structure quadrangulaire de grandes dimensions dont seules les fondations sont conservées, sous le bâtiment à abside du haut Moyen Âge. Ses quatre côtés ont été entièrement dégagés : leur longueur est exactement identique (6,6 m), dessinant les limites d’une construction de plan carré (fig. 3) que l’on peut interpréter sans l’ombre d’un doute comme un monument funéraire en raison de la présence de plusieurs urnes cinéraires placées contre son parement méridional, selon un dispositif déjà observé autour des monuments funéraires de la nécropole nord-ouest. La différence est qu’ici le monument est deux fois plus grand.

Fig. 3 - Base de monument carré du Secteur D2, vue du nord.

Fig. 3 – Base de monument carré du Secteur D2, vue du nord.

Sur les quatre côtés, les blocs de l’assise de fondation sont mieux travaillés sur leur lit d’attente supérieur que sur leur face extérieure : c’est sur cette surface formant un plan parfaitement horizontal que devaient être placés les pierres de taille de la première assise visible. Le remplissage intérieur, formé de blocs de toutes dimensions, se conserve à une hauteur plus élevée. La totalité des blocs de pierre de taille des assises visibles à l’origine fut récupérée pour la construction de l’église et des autres bâtiments du haut Moyen Âge. La stratigraphie conserve la trace du chantier de cet épierrement, avec la disparition totale des niveaux d’occupation antiques (et donc des dépôts funéraires) sur les côtés est, nord et ouest.

Dans ces conditions, on ne peut émettre sur la forme et le décor de ce monument carré que des hypothèses fragiles, à partir de très rares blocs moulurés réemployés dans l’église dont les proportions sont compatibles avec celles de la base conservée. C’est le cas d’un bloc de corniche à gorge égyptienne, réemployé dans le mur est de l’absidiole D1m de l’église wisigothique (fig. 4).

Fig. 4 - Bloc 5184 en remploi dans le mur est de l’absidiole D1m, in situ (en haut à gauche) et extrait du mur (autres photos) où il a été replacé à l’identique après un relevé photogrammétrique complet.

Fig. 4 – Bloc 5184 en remploi dans le mur est de l’absidiole D1m, in situ (en haut à gauche) et extrait du mur (autres photos) où il a été replacé à l’identique après un relevé photogrammétrique complet.

D’autre part, est apparu dans la partie nord du massif de remplissage un bloc à face incurvée, profondément encastré dans ce massif qui le recouvrait à l’origine : il s’agit d’un vestige laissé in situ d’un monument antérieur détruit, de plan circulaire, auquel appartiennent aussi plusieurs bocs remployés dans les constructions médiévales. Ce monument circulaire avait un diamètre d’environ trois mètres ; il fut probablement démantelé lors de la construction du monument carré.

La présence d’enterrements en urnes le long du côté sud de la structure montre qu’il s’agit d’un monument funéraire similaire à ceux de la nécropole nord-ouest, comme J1 ou J3. Trois phases ont été distinguées, en se fondant principalement sur la position des urnes en altitude et par rapport à la base du monument, sachant que les relations stratigraphiques sont particulièrement difficiles à percevoir dans un espace où la matrice de l’encaissant est identique en tout point à celle du remplissage des fosses. Ces trois phases s’étendent chronologiquement entre le milieu du Ier siècle a.C. et l’abandon du site. Mais le secteur continué à être fréquenté ensuite. En effet, un petit dépôt d’offrandes a été fouillé au sud-est du sondage, à cinquante centimètres de l’angle sud-est du monument. Il s’agissait d’un épandage cendreux qui contenait trois perles de collier en pâte de verre et plusieurs pignons carbonisés de Pinus picea. Un de ces derniers a été daté par 14C entre 60 et 130 de notre ère. Il s’agit donc d’un dépôt postérieur de trois ou quatre générations à l’abandon de l’oppidum et au transfert de sa population vers le site de Baelo Claudia, sur la côte. D’où l’on doit déduire que, un bon siècle après ce changement de site urbain, certains habitants de Baelo continuaient à aller honorer leurs morts dans la nécropole abandonnée de l’ancienne cité.

Pour citer ce billet : Pierre Moret, « La Silla del Papa (Tarifa, Cadix). Rapport 2017 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 28/03/2018, https://archeocvz.hypotheses.org/1366.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *