Projet OLEASTRO. Rapport 2017

Stéphane Mauné (CNRS/LabEx Archimede, Montpellier), Quentin Desbonnets (Doct. Univ. de Montpellier 3 et de Séville/LabEx Archimede), Iván González Tobar (Doct. Univ. de Montpellier 3 et de Cordoue/LabEx Archimede), Corinne Dubler (Doct. Univ. de Montpellier 3 et de Fribourg-All./ LabEx Archimede), Oriane Bourgeon (Membre scientifique 2016/2017 de la CVZ ; Doct. Univ. de Montpellier 3 et de Séville/LabEx Archimede) et Enrique Garcia Vargas (Univ. de Seville/LabEx Archimede)


Activités scientifiques

Manifestations scientifiques

  • Participation au workshop international « Quantification in classical archaeology. Objects, méthodologies and aims », (ERC EP-NET), dir. J. Remesal, Barcelone, 20-21 février 2017.
    • Ch. Carrato, O. Tiago, S. Mauné, E. Garcia Vargas, O. Bourgeon et Ph. Lanos, Sobre la capacidad de carga de los hornos romanos de ánforas: balance metodológico y reflexiones a partir de un horno de Dressel 20 del alfar de Las Delicias (Écija, Sevilla). coll. Instrumenta, Univ. de Barcelone. Sous presse.
    • S. Corbeel, Q. Desbonnets, I. Gonzalez Tobar, S. Mauné, Que compte-t-on et comment sur les ateliers d’amphores à huile Dr. 20 de la vallée du Guadalquivir (Andalousie, Espagne) ? coll. Instrumenta, Univ. de Barcelone. Sous presse.
  • Participation au Congrès international de la SFECAG, Narbonne (Aude), 25-28 mai 2017.
    • C. Dubler avec la coll. de O. Bourgeon, Les importations d’amphores Dr. 20 en Germanie Supérieure. L’exemple de la colonie romaine d’Augst/Augusta Raurica. Actes de la SFECAG 2017, Marseille 2017, sous presse.
    • Q. Desbonnets, I. González Tobar et Ch. Carrato, La production de dolia d’époque romaine dans la vallée du Guadalquivir. Actes de la SFECAG 2017, Marseille 2017, sous presse.
  • Participation au Symposium on Mediterranean Archaeology, 21-23 septembre 2017, Cadix, organisé par l’Université de Cadix et The network of GAMA.
    • I. González Tobar, Ground survey and aero-thermal drone survey in olive oil amphoras workshops in Baetican Province, à par. dans les actes.
  • Participation à la table-ronde internationale de l’Université de Paris-Nanterre : « Les denrées en Gaule et dans le monde antique. Le témoignage des emballages », 9-10 novembre 2017.
    • I. González Tobar, Les amphores à huile de Bétique augusto-tibériennes (Dr. 20A) : nouveautés en contexte de production.

Publications

I. González Tobar, S. Mauné, « Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes à Fuente de los Peces (Fuente Palmera, province de Cordoue) », Mélanges de la Casa de Velázquez, à par. vol. 48-2, 2018.

O. Bourgeon, Cl. Pagnoux, St. Mauné, E. García Vargas, S. Ivorra, M. Ater, A. Moukhli, J.-F. Terral, « Olive tree varieties cultivated for the great Baetican oil trade during the Roman period (1st-4th c. AD): morphometrical analysis of olive stones from Las Delicias (Ecija, province of Sevilla, Spain) », Vegetation History and Archaeobotany, vol. 27, janvier 2018, sous presse.

O. Bourgeon, « Baetican olive oil trade during the late Roman Empire: new data on the production of late roman amphorae (Dressel 23) in the Lower Genil Valley », JRA, accepté, à par. vol. 31, 2018.

C. Dubler, « Extra vergine – Spanische Ölamphoren in Sursee », in Jahresbericht Luzern, 2015/16, Denkmalpflege und Archäologie Luzern, Dienststelle Hochschulbildung und Kultur, Luzern, sous presse.

I. González Tobar, P. Berni Millet, « “El Bombo”. Posible centro productor de ánforas Ovoide 5 en el territorio ribereño de Córdoba », Boletín Ex Officina Hispana. http://www.exofficinahispana.org

I. González Tobar, J. Latournerie, « Un nuevo grafito calendarial sobre ánfora Dressel 20 en contexto de producción », Boletín Ex Officina Hispana.

Mémoires de Master 1 et 2

Un mémoire de Master 1 de l’UPVD-Montpellier 3 a été consacré à l’atelier de Dr. 20 de El Villar Tesoro (Carmona, prov. de Séville) et soutenu en juin 2017 par L. Savall Baué.

Les recherches sur les fours à amphores d’époque romaine de la péninsule Ibérique ont été approfondies par O. Tiago dans le cadre d’un mémoire de Master 2 d’Archéologie l’UPVD-Montpellier 3 soutenu en juin 2017. Les plans de 176 fours provenant des fouilles réalisées sur 105 ateliers ont été normalisés et une première réflexion a été menée sur leur forme, leur architecture et leurs capacités de production.

Invitations ou bourses de courte durée des doctorants

C. Dubler :

  • Participation à la « 120. Generalversammlung der Görres-Gesellschaft zur Pflege der Wissenschaften», Sektion für Altertumswissenschaft Abteilungen für Klassische Philologie, Alte Geschichte und Archäologie à Mayence, organisé par la Görres-Gesellschaft, 30/09/2017.
  • Séjour de recherche bibliographique au DAI (Deutsches Archäologisches Institut) de Madrid à l’invitation du Prof. Dr. Dirce Marzoli, dir. du DAI Madrid, 06/03-17/03/2017.
  • Séjour de recherche à Bordeaux-Poitiers-Périgueux dédié à la recherche des timbres dans les musées et dépôts archéologiques. Ce séjour a bénéficié d’une bourse de courte durée de l’ED60 de l’Université Paul Valéry Montpellier 3, 19/03-29/03/2017.
  • Séjour de recherche à la RGK (Römisch-Germanische Kommission) à Frankfurt (Allemagne), consacré d’un part à l’acquisition des données et d’autre part aux recherches bibliographiques dans la riche bibliothéque de la RGK. Bourse de courte durée du DAAD de Paris (Deutscher Akademischer Austauschdienst), 15/09-15/10/2017.

Q. Desbonnets :

  • Bourse scientifique de courte durée à la CVZ, Madrid, 16/01-16/02/2017.

Ivan Gonzalez Tobar :

  • Séjour de courte durée à Rome, au Monte Testaccio, du 13-18/09/2017, CEIPAC-Université de Barcelone/ Ministerio Español de Educación y Cultura.

Autres

Oriane Bourgeon, membre scientifique 2016/2017 de l’Ecole des hautes études hispaniques et ibériques CVZ Madrid.

Ophélie Tiago, obtention d’une allocation doctorale de trois ans auprès de l’ED60 de l’UPV-Montpellier 3, juillet 2017. Thèse en co-tutelle avec le Pr. V. Serneels (Université de Fribourg, Suisse) : « Les fours à amphores d’époque romaine en Méditerranée nord-occidentale (Hispanies, Gaule narbonnaise, Italie). Études architecturale et technologique (Ier av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.) ». Sept. 2017-(…).

Activités de terrain et principaux résultats

Ont été regroupées ici les résumés des deux campagnes de prospection réalisées en 2017 (Guadalquivir 3 et 4). A noter aussi qu’une dernière mission Guadalquivir 5 (sur financements 2017) a été organisée au début de l’automne dans le Conventus Cordubensis (dir. I. González Tobar) et sera réalisée entre le 10 et le 30 novembre 2017. Les résultats seront donc présentés dans le bilan 2018.

La mission Guadalquivir 3

La mission Guadalquivir 3 s’est déroulée entre le 13 février et le 19 mars 2017. Elle a été financée par le LabEx Archimede, la CVZ et l’Univ. de La Rochelle. Deux équipes ont exploré pendant cinq semaines la vallée du Guadalquivir, entre Cordoue et Séville, afin d’alimenter les travaux de recherche en cours.

Les résultats des recherches dans la zone de Cordoue

Dans le territoire du Conventus Cordubensis, entre Palma del Rio et Cordoue, la mission a été coordonnée par I. González Tobar. Elle a bénéficié de la présence de P. Berni Millet, spécialiste de l’épigraphie amphorique. La mission avait notamment pour but de localiser précisément, grâce à des prospections électromagnétiques ciblées, des fours à amphores à huile sur un certain nombre d’ateliers déjà prospectés, et de réaliser des prospections pédestres sur les ateliers d’amphores connus qui n’avaient pas été traités lors de la mission de l’automne 2016. Un total de 20 sites a été prospecté : 7 ont fait l’objet de prospections géophysiques et 13 ont fait l’objet de prospections pédestres, dont 11 sont assurément des ateliers d’amphores à huile, 4 pouvant être considérés comme de nouveaux ateliers. 187 timbres ont été ramassés, dont 10 sont inédits dans le répertoire des estampilles sur Dr. 20. Par ailleurs, 5 timbres uniquement connus en contexte de consommation ont pu être rattachés à un lieu de production. Une centaine de timbres a par ailleurs été récupérée dans deux collections privées appartenant à D. García Arrabal et J. Vázquez, qu’il convient de remercier pour leur collaboration.

La première semaine a été consacrée aux prospections géophysiques, réalisées en partenariat avec l’UMR 7266 de l’Université de La Rochelle par F. Levêque (MCF en Archéométrie) et K. Combe (doctorant). Un total de 7 ateliers de production a été prospecté et une quinzaine de fours a pu être localisée.

Les résultats les plus intéressants ont été obtenus sur l’atelier polynucléaire d’El Mohino/Palma del Río (fig. 1). Une première batterie de 4 fours alignés est localisée dans l’emprise d’El Mohino 1 et une deuxième, également de 4 fours, se trouve à Mohino 3. A Mohino 2, aucun four n’a été localisé mais au moins deux constructions quadrangulaires ont été détectées. Un autre four potentiel (n°12) a été repéré hors des concentrations principales. C’est probablement ce complexe qui fera l’objet de fouilles en 2018 en raison de ses grandes potentialités.

Fig. 1 - Vue aérienne verticale du complexe d’El Mohino avec la localisation des fours à amphores potentiels révélés par les prospections géophysiques. Doc. F. Lévêque, Kevin Combe et I. González Tobar. UMR 7266 de l’Université de La Rochelle/LabEx Archimede.

Fig. 1 – Vue aérienne verticale du complexe d’El Mohino avec la localisation des fours à amphores potentiels révélés par les prospections géophysiques. Doc. F. Lévêque, Kevin Combe et I. González Tobar. UMR 7266 de l’Université de La Rochelle/LabEx Archimede.

Les quatre semaines restantes ont été ensuite consacrées à la prospection pédestre. Plusieurs ateliers Umbría de Moratalla/Fuente Palmera ; Villaseca 2/Almodóvar del Río ; El Rodriguillo/Almodóvar del Río) qui présentaient des difficultés d’analyse des résultats ont d’abord été revus, ce qui a permis de mieux cerner leur emprise au sol et leur chronologie.

De nouveaux centres de production ont par ailleurs été découverts sur la berge du Guadalquivir. La Corregidora 2 (Hornachuelos) semble avoir constitué une annexe de l’atelier de Corregidora entre le milieu du IIe s. et le début du IIIe, et se trouve à 700 m de ce dernier. Villacisneros 2 (Hornachuelos), situé à 1 km de Villacisneros 1 en direction du fleuve, semble également avoir constitué une annexe que sa position à proximité immédiate du Guadalquivir pourrait aussi désigner comme un embarcadère commercial. Par ailleurs, à Casablanca Oeste (Hornachuelos) et malgré la mauvaise conservation du site, on a pu identifier les vestiges d’un atelier d’amphores d’époque julio-claudienne.

Les incursions à l’intérieur des terres ont été limitées mais très fructueuses. L’atelier d’époque augustéenne de Fuente de los Peces  n’est plus un atelier isolé. Il appartient à une zone de production densément occupée à l’époque julio-claudienne, organisée autour de la vallée du Tamujar, affluent du Guadalquivir et où deux à trois ateliers d’amphores semblent avoir existé (fig. 2).

Fig. 2 - Le nucleus d’ateliers d’amphores d’époque augustéenne de la vallée du Tamujar. Doc. I. González Tobar/LabEx Archimede.

Fig. 2 – Le nucleus d’ateliers d’amphores d’époque augustéenne de la vallée du Tamujar. Doc. I. González Tobar/LabEx Archimede.

Enfin, le programme de recherche a pu bénéficier de prospections aériennes thermiques réalisées par la société Airdronebuilder (http://airdronevision.es/) qui a souhaité mener avec OLEASTRO des actions destinées à améliorer, par des applications pratiques, ses méthodes d’acquisitions de données par drone. Deux sites (Villacisneros/Hornachuelos ; El Sotillo (Almodóvar del Río) ont bénéficié de ces prospections aériennes dont les résultats sont en cours de traitement.

Durant la dernière semaine de mission, a été organisée une journée « Portes ouvertes » destinée à la diffusion vers le grand public des résultats des recherches archéologiques du programme OLEASTRO. Une cinquantaine d’enfants de l’école municipale d’Ochavillo a bénéficié d’une présentation détaillée des connaissances sur les ateliers d’amphores à huile (http://www.fuentepalmerainformacion.es/ochavillo-del-rio/item/1141-la-economia-de-la-antigua-roma-objeto-de-investigacion-en-ochavillo-del-rio).

Les résultats des recherches dans la zone de Séville

Dans le territoire du Conventus Hispalensis, les recherches, coordonnées par Q. Desbonnets avec la collaboration de C. Dubler, ont porté sur la partie aval du Guadalquivir, située entre Lora del Río et Brenes où une quinzaine d’ateliers étaient répertoriée grâce aux recherches de G. Bonsor et de M. Ponsich. Seule une dizaine de sites a pu être prospectée en raison des clôtures qui entourent certains ateliers mais des recherches ont également été réalisées sur une dizaine d’autres gisements, considérés comme de simples villae ou établissements ruraux par nos prédécesseurs. Trois études de cas illustrent les apports de cette campagne de prospection.

Sur l’atelier d’El Judío (Lora del Río) où étaient signalés par M. Ponsich, sans plus de précision, un atelier d’amphores, une zone d’habitat ainsi qu’une huilerie, les prospections ont permis de préciser l’organisation interne du site, couvrant environ 6 ha et qui appartient à la catégorie des grands centres de production. Initialement daté entre le milieu du IIe s et le IIIe s. ap. J.-C. par les timbres locaux sur Dr. 20, l’atelier est en réalité actif entre les années 30 ap. J.-C. et le Ve s., comme le montre l’abondant mobilier ramassé lors des prospections de surface.

L’atelier de Villar Tesoro (Carmona) est implanté sur la rive droite du río Corbones, non loin de sa confluence actuelle avec le Guadalquivir, il a été découvert par G. Bonsor à la fin du XIXe siècle. Les prospections ont permis de distinguer deux zones appartenant à un même complexe, la première correspondant à un habitat et la seconde à l’atelier (fig. 3). Ce dernier se situe le long de la rive droite du Corbones où, sur une surface de 1,1 ha, de nombreux fragments de Dr. 20 et de bassines ont été collectés ainsi que des timbres. Les timbres recueillis jusqu’à présent (cf. thèse P. Berni) couvraient une fourchette chronologique comprise entre la fin du Ier s. et le IIIe s. ap. J.-C. Les bords d’amphores Dr. 20 ramassés confirment pleinement cette datation mais quelques bords de Dr. 23 suggèrent que l’atelier a pu poursuivre son activité jusqu’au Ve s. La zone d’habitat, d’environ 3 ha, a livré une quantité importante de fragments de marbre et d’éléments en terre cuite appartenant à des thermes. Ces éléments permettent de localiser la très riche pars urbana du complexe domanial et confirment la présence d’une villa de taille importante.

Fig. 3 - Vue aérienne prise de l’Est du complexe domanial de Villar Tesoro (Carmona) sur la rive droite du río Corbones. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede.

Fig. 3 – Vue aérienne, prise depuis l’est, du complexe domanial de Villar Tesoro (Carmona) sur la rive droite du río Corbones. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede.

Lors des prospections à  Torrecillas (Alcolea del Río), lieu d’implantation d’une très riche villa décrite par M. Ponsich en 1974, le matériel est apparu très dispersé ; le site, qui couvre environ 1,9 ha, ayant été nivelé. La présence de fragments de Dr. 20, de bassines, de surcuits et d’une dizaine de timbres atteste selon toute vraisemblance la présence d’un petit atelier domanial ayant pu fonctionner entre la fin du Ier/déb. IIe et le IIIe s. ap. J.-C. Ce complexe qui associe une villa et un petit atelier est occupé du  IIe s. jusqu’au VIe ap. J.-C.

La mission Guadalquivir 4, septembre 2017 (prov. de Séville)

La mission Guadalquivir 4, financée par le LabEx Archimede et la CVZ, a été menée sous la direction de Q. Desbonnets, en septembre 2017 dans la zone d’Alcolea del Río/ La Rinconada, située au nord de Séville.

Son objectif était de tester un certain nombre de sites afin de mettre en évidence d’éventuels témoignages d’une production d’amphores Dr. 20, entre les ateliers de Guadajoz et de Villar de Brenes. Ces deux ateliers sont séparés de 20 km et aucun centre de production de Dr. 20 n’est actuellement connu dans ce secteur. Ce vide illustrait soit une lacune de la recherche, soit une réelle absence d’atelier. Par ailleurs, le grand nombre de timbres sur Dr. 20 connu sur les sites de consommation de l’Occident romain et non rattaché à un centre de production laisse supposer, depuis longtemps, l’existence d’ateliers inédits qu’il était tentant, à titre d’ypothèse, de localiser dans cette zone. Compte tenu de la taille du territoire considéré et du peu de temps qu’il était possible de consacrer à cette recherche, il a été décidé de prospecter des sites déjà référencés et présentant quelques indices possibles d’une production locale d’amphores à huile.

Une vingtaine de sites a pu faire l’objet de prospections pédestres. Aucun nouvel atelier n’a été découvert ce qui confirme les observations faites par M. Ponsich. De rares indices ont parfois été découverts – Las Chozas (Alcalá del Río), Barranqueras (Cantillana), Valdevacas (Villanueva del Río) – mais ceux-ci restent encore trop ténus pour affirmer la réalité d’une production locale de Dr. 20. Ces prospections ont néanmoins montré l’existence d’huileries dans cette zone. L’atelier de tuiliers de Los Zamorales/Tocina constitue un bon exemple des résultats obtenus.

Ce site a été pris en compte par C. Rico dans un article paru en 1994 dans les MCV, dédié aux ateliers de tuiliers antiques dans la moyenne vallée du Guadalquivir. La prospection de 2017 a très largement confirmé la production massive de briques et de tegulae. D’énormes fragments de four (fig. 4) ont été vus en bordure de champ, illustrant le dynamisme de l’atelier. Quelques fragments de bassines, objets qui servaient à la fabrication et au maintien des Dr. 20 dans les fours lors de leur cuisson, ont été découverts ainsi que de nombreux fragments de dolia. Plusieurs anses et un bord de Dr. 20 ont été ramassés mais ces éléments restent insuffisants pour documenter une production locale de Dr. 20. En revanche, la présence en nombre de dolia semble bien indiquer la fabrication sur place de ce type de conteneur. Certaines bassines, surcuites, indiquent également une production/utilisation locale de ces objets. Compte tenu de la morphologie et de la petite taille des dolia produits dans plusieurs ateliers de la vallée du Guadalquivir, il est possible que ces bassines si caractéristiques aient également servi à leur fabrication et peut-être même à leur calage dans les fours.

Fig. 4 - Vue rapprochée des fragments de fours vitrifiés visible sur l’atelier de tuiliers de Los Zamorales (Tocina). Cl. Q. Desbonnets, labEx Archimede.

Fig. 4 – Vue rapprochée des fragments de fours vitrifiés visible sur l’atelier de tuiliers de Los Zamorales (Tocina). Cl. Q. Desbonnets, labEx Archimede.

En complément des recherches menées dans cette zone, les prospections ont également concerné deux ateliers de Dr. 20 (Álamo Alto/Lora del Río et Juan Barba/Carmona) qui n’avaient pas pu être étudiés lors des campagnes précédentes. A Juan Barba, l’un des trois sièges du Por(tus) Carmo(nensis), où des vestiges de fours sont encore visibles (fig. 5) une production massive et tout à fait inédite de dolia a été mise en évidence.

Fig. 5 - Vue d’une partie de la sole en place de l’un des fours antiques de l’atelier de Juan Barba (Carmona). Cl. Q. Desbonnets, labEx Archimede.

Fig. 5 – Vue d’une partie de la sole en place de l’un des fours antiques de l’atelier de Juan Barba (Carmona). Cl. Q. Desbonnets, labEx Archimede.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *