Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2017

Elsa Rocca, Charlotte Carrato, Mohamed Kabiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh


Le programme archéologique franco-marocain de Rirha a été soutenu en 2017 par la Casa de Velázquez (Madrid), le Labex Archimede (Université Paul Valéry, ASM-UMR 5140, Montpellier), l’INSAP de Rabat, la Direction du patrimoine Culturel du Maroc (Ministère de la Culture marocain) et le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France à Rabat. Les recherches réalisées en 2017 se sont échelonnées du printemps à l’automne. La campagne de fouille annuelle sur le site de Rirha s’est tenue du 28 avril au 15 mai. La venue de l’un des co-directeurs marocains a permis la tenue d’une session de travail à Montpellier du 24 septembre au 1er octobre, rassemblant sept membres de l’équipe. Enfin, une mission d’étude des mobiliers a été programmée du 23 au 31 octobre dans les locaux de l’INSAP (Rabat), réunissant une quinzaine de participants.

Synthèse des opérations de fouilles

En 2017, les travaux se sont concentrés sur les deux secteurs déjà investis lors du précédent quadriennal (2013-2016) : un îlot d’habitat maurétanien (Ensemble 5) et une installation de production agricole de l’époque romaine, réoccupée durant le Moyen Âge (Ensemble 1).

L’Ensemble 5 (dit « le tell ») : étude des états D et E de l’habitat maurétanien (M. Kbiri Alaoui, E. Rocca, Cl.-A. de Chazelles, J.-Cl. Roux, H. Gazzal, K. Dixon, A. Espada)

Comme les années précédentes, la fouille de l’occupation maurétanienne du tell s’est effectuée en phases, de façon à privilégier une compréhension globale du quartier. L’objectif en 2017 était de compléter le plan des architectures de l’état D, de terminer l’exploration de ses niveaux d’occupation et de mettre en évidence le plan des bâtiments de l’état E (fig. 1).

Fig. 1 - Orthophotographie de l’Ensemble 5 à l’issue de la fouille : état d’architecture E (Cl. S. Sanz Laliberté).

Fig. 1 – Orthophotographie de l’Ensemble 5 à l’issue de la fouille : état d’architecture E (Cl. S. Sanz Laliberté).

Ainsi, au nord, l’îlot bâti est limité par un espace extérieur, matérialisé, à la fin de la fouille, par un sol intermédiaire qui correspond à la fois à l’arasement des murs de l’état E et à la reconstruction de ceux de l’état D. Cet espace de circulation extérieur en bordure du tell structure donc de façon durable le quartier qui se développe vers le sud. L’état le plus ancien du bâti est limité au nord par une façade, ouverte à l’est par une porte d’accès, bouchée dans un second temps. Après un décrochement, elle est formée d’un épais mur rectiligne qui aboutit à une pièce carrée, fermant l’espace de circulation. Dans ce secteur, deux murs massifs marquent la limite de la plateforme au nord et à l’ouest de l’îlot. Plus généralement, le bâti de l’état E se caractérise par six pièces de petite taille alignées sur les côtés ouest et sud. Elles sont bordées par des murs montés en double rangée de briques ou par des murs à rangée unique qui semblent former des cloisons internes. La partie orientale de l’îlot est occupée par un grand espace oblong marqué par un fort pendage vers l’ouest. Un niveau d’occupation, caractérisé par le comblement cendro-charbonneux de plusieurs dépressions, y a été identifié. Il est probablement plus tardif que deux des sols, matérialisés par des foyers, fonctionnant dans les espaces 53 et 47 de l’état E. La fouille des autres espaces s’est arrêtée sur les couches de destruction d’architecture de cet état.

Ces niveaux de démolition, ainsi que les murs arasés de l’état E étaient recouverts d’un remblai, identifié sur une grande partie de l’îlot, tandis que certains murs se situaient directement sous ceux de l’état D. Le démontage de ceux-ci a livré de précieuses informations sur leur mise en œuvre : un nivellement a permis de préparer le terrain et des paliers ont été taillés dans les remblais pour former le plan de pose. Lorsque les murs étaient superposés directement aux murs antérieurs, ils étaient séparés par un joint de mortier.

Pour l’état d’architecture D, l’organisation du bâti a été clarifiée, en particulier au nord où l’agencement complexe de certains murs, placés parallèlement à la façade, était difficile à interpréter. Une partie forme en réalité un couloir de distribution est-ouest desservant l’espace central. En parallèle, les premiers niveaux d’occupation associés au bâti de l’état D ont été finement fouillés : notamment au nord où une séquence de sols extérieurs, chargés en matières organiques, a été identifiée, et à l’ouest où plusieurs foyers installés sur un sol et protégés par une sorte d’auvent reposant sur six poteaux sont apparus.

À l’issue de la campagne, les deux états d’architecture (D et E) mis en évidence permettent d’observer que la trame générale du quartier a perduré malgré le remaniement des bâtiments, mais que l’organisation interne de l’îlot diffère dans la dimension et la subdivision des espaces (fig. 2).

Fig. 2 - Vue générale de l’îlot d’habitat maurétanien de l’Ensemble 5 en cours de fouille (Cl. E. Rocca).

Fig. 2 – Vue générale de l’îlot d’habitat maurétanien de l’Ensemble 5 en cours de fouille (Cl. E. Rocca).

 

L’Ensemble 1 (dit « La domus ») : étude de l’installation de production (A. Ichkhakh, Ch. Carrato, V. Mathieu, J.-B. Pineau)

La fouille de l’Ensemble 1 avait pour objectif l’exploration des espaces sud et ouest de l’installation de production agricole romaine et l’étude exhaustive des fosses médiévales repérées dans la partie nord-est du secteur (fig. 3).

Fig. 3 - Orthophotographie générale du secteur nord de l’Ensemble 1 en cours de fouille (Cl. S. Sanz Laliberté).

Fig. 3 – Orthophotographie générale du secteur nord de l’Ensemble 1 en cours de fouille (Cl. S. Sanz Laliberté).

Au sud du pressoir méridional, le grand bassin antique recouvert par un four de potiers du XIVe s. a été entièrement démonté, ce qui a permis d’observer qu’il s’agissait d’un unique bassin de 5,5 m3, directement alimenté par la maie du pressoir sud et dont la vidange pouvait s’effectuer depuis la salle de transformation à l’ouest (PCE XVII). Dans cette dernière salle, l’étude des résidus organiques prélevés sur les parois des dolia de la banquette maçonnée a confirmé la destination vinicole de ce dispositif, du moins dans son état de fonctionnement le plus récent. L’étude exhaustive de cet aménagement a permis d’en restituer le fonctionnement : le moût issu du pressurage devait être canalisé par une tuyauterie en plomb et se déverser dans les dolia. Ce système était également relié à une évacuation qui facilitait la vidange des eaux de nettoyage. La fouille minutieuse des niveaux de fonctionnement contemporains du dernier état de l’installation de production a enfin permis d’étudier la suite de ce système d’évacuation des eaux usées, caractérisée par une succession de rigoles directement creusées dans le sol en terre. La fouille de l’une d’entre elles a occasionnée la mise au jour de deux portions d’un caniveau maçonné dont la fonction reste à déterminer.

En face du pressoir nord, la fouille s’est concentrée sur la dizaine de fosses d’époque islamique creusées dans les niveaux de démolition de l’installation artisanale romaine. La forme, la taille et le comblement de ces structures montrent qu’elles ont été réalisées successivement entre le IX-Xe et le XIV-XVe s. et qu’elles correspondent à des fosses de récupération de matériaux, à des fosses-dépotoirs ou à des silos. Leur comblement a été prélevé à des fins anthracologiques et carpologiques, de façon à renseigner les modes de consommation d’époque médiévale dans le cas des fosses dépotoirs. Au fond de l’une de ces fosses, un contrepoids cylindrique est apparu en symétrie de celui du pressoir sud. Son parfait état de conservation pourrait confirmer qu’il s’agit bien du dernier pressoir en fonctionnement avant l’incendie et l’abandon du bâtiment (fig. 4).

Fig. 4 - Vue générale de l’installation de production de l’Ensemble 1 en cours de fouille (Cl. S. Sanz Laliberté).

Fig. 4 – Vue générale de l’installation de production de l’Ensemble 1 en cours de fouille (Cl. S. Sanz Laliberté).

Études spécialisées

Les études archéobotaniques bénéficient désormais d’une machine à flottation, mise en place en 2017, grâce à laquelle une plus grande quantité de prélèvements pourront être réalisés et rapidement traités. Outre la carpologie (M.-P. Ruas), elles incluent dorénavant l’anthracologie (J. Ros et Chr. Vaschalde). Les recherches se sont concentrées sur le tell en vue de la publication.

Dans le cadre de l’étude de l’architecture en terre, les procédés de mise en œuvre de la brique crue ont été analysés par J.-Cl. Roux. Ce dernier a également préparé le catalogue des outils de mouture provenant des derniers niveaux fouillés de l’habitat maurétanien.

Les travaux sur le bâti (V. Mathieu) se sont poursuivis sur l’Ensemble 1 pour étudier les rapports entre les différentes phases d’installation (domus, zone de production, thermes).

Les blocs d’architecture taillés (W. Boutenbat) font l’objet d’une étude-inventaire systématique dans le cadre d’un doctorat sur La circulation des ateliers d’architecture entre la Maurétanie tingitane et la Bétique durant l’Antiquité tardive (Paris  IV-Sorbonne).

La céramique est inventoriée (M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh, H. Hasini) au fur et à mesure lors de la campagne de fouille et en partie dessinée. La céramique médiévale (Th. Jullien) a fait l’objet d’une étude spécifique pour compléter l’étude en cours sur la période idrisside et intégrer un article sur la céramique du haut Moyen Âge de Rirha, à paraître en 2018.

La couverture orthophotographique des secteurs fouillés (S. Sanz) et du site a été complétée et intégrée au SIG dans la perspective d’une future prise en compte des zones périurbaines de Rirha. (fig. 5).

Figure 5 - Prise de photographie à la perche pour la réalisation d’orthophotographie (Cl. J.‑Cl. Roux).

Figure 5 – Prise de photographie à la perche pour la réalisation d’orthophotographie (Cl. J.‑Cl. Roux).

Concernant la micro-morphologie, C. Cammas, qui n’a pu participer à la mission de terrain, a travaillé en laboratoire et a valorisé ses recherches à Rirha par deux contributions :

  • Conférence invitée où le cas des murs en pisé de Rirha a été présenté : « Micromorphology of Cob and Rammed Earth: An Aid to the Reconstruction of Former Processes (Protohistoric and Historic Periods) », Earthen Empire: adoption and adaptation of soil-based building materials in the Roman Vernacular, Workshop, Edinburgh, 22-23 septembre 2017
  • Cammas C., Under Review. Micromorphology of Earth Building: Toward the Reconstruction of Former Technological Processes (Protohistoric et Historic Periods), in Revealing Latent Data in Geoarchaeological Archives, Special Issue, Quaternary International.

Formation des étudiants

Dans la lignée des années précédentes, la mission de Rirha a une nouvelle fois compté dans son équipe des étudiants en formation qui s’initient à la fouille stratigraphique mais également aux études spécialisées, en contact direct avec des professionnels (fouilles archéologiques, céramologie, petit mobilier, archéozoologie, bio-archéologie).

En 2017, le programme Rirha a accueilli une étudiante américaine (Université Lewis & Clarck College de Portland), une doctorante espagnole (Universidad Castilla-La Mancha), ainsi que deux doctorants et six étudiants en master de l’INSAP.

Mission de Montpellier, septembre 2017

Le co-directeur marocain du programme Rihra, Mohamed Kbiri Alaoui, enseignant-chercheur à l’INSAP de Rabat, a été accueilli comme chercheur invité au Laboratoire Archéologie des Sociétés méditerranéennes-UMR 5140 de Montpellier. Les objectifs de ce séjour scientifique était de finaliser le rapport de fouille sur l’Ensemble 5, de préparer les demandes de financements (MEAE et Labex Archimede) et de travailler sur la publication des niveaux du Ier s. av. n. è. de l’habitat maurétanien (Ensemble 5). La semaine s’est organisée autour de sessions de travail collectives et de séances de rédaction.

Mission à Rabat, octobre 2017

La mission de post-fouille était destinée à l’étude des mobiliers et à l’établissement de la chrono-stratigraphie des états d’occupation de l’Ensemble 5 (tell). Elle a réuni quinze personnes : dix spécialistes français et marocains accompagnés de cinq étudiants de l’INSAP.

L’étude de la céramique et du diagramme stratigraphique (M. Kbiri Alaoui, A. Ichkhakh, E. Rocca, S. Leclercq, H. Hassini, N. El Bahri) a permis de préciser la datation des états d’occupation de l’habitat maurétanien identifiés à la fouille. Le cadre chronologique ainsi défini sert d’assise à la discussion engagée entre céramologues et archéologues sur le diagramme.

Les petits mobiliers (Y. Manniez) ont été inventoriés pour les années 2012, 2016 et 2017. Plus de 300 objets ont été traités. L’étude des ossements animaux (T. Oueslati) a été réalisée pour l’année 2016 et pour les niveaux de l’Ensemble 5 fouillés en 2017.

Le travail sur le mobilier céramique (H. Hassini et étudiants) s’est concentré sur le dessin des ensembles céramiques de la campagne 2017 et sur la mise au net (L. Temmerman) des dessins des années 2015-2017, avec quelques compléments pour la période 2007-2014. Des planches ont aussi été préparées pour illustrer l’état D de l’Ensemble 5.

L’état des lieux sur la documentation a permis de compléter la saisie des inventaires sous Excel (années 2013, 2015, 2017) et la numérisation des inventaires papiers (2012-2017). La documentation graphique des étudiants a été archivée et inventoriée : les amphores et les dolia (2005-2016, par N. El Bahri) ; la céramique maurétanienne (2005-2016, par Ch. Imrani).

Un travail de reconditionnement systématique (S. Leclercq et étudiants) a été réalisé sur l’ensemble des petits mobiliers et des ossements (2005-2017).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *