Une « usine à amphores » sur la berge du Guadalquivir (Andalousie, Espagne)

Stéphane Mauné, Iván González Tobar, Ophélie Tiago et Enrique García Vargas


Une équipe du programme OLEASTRO, dirigée par I. Gonzalez Tobar, S. Mauné et O. Tiago Seoane, avec la collaboration de E. Garcia Vargas (Univ. De Séville) et d’O. Arvidsson, vient de mettre au jour au lieu-dit « El Mohino » (Palma del Río), sur la rive gauche du Guadalquivir, huit grands fours circulaires du Ier s. ap. J.-C. destinés à la production d’amphores à huile de type Dressel 20. Cette opération bénéficie du soutien financier du LabEx Archimede, de la Casa de Velázquez, du CNRS et de l’université de La Rochelle/UMR7266 LIENSs mais aussi d’un partenariat de recherche/développement avec la société Airdronebuilder (http://airdronevision.es/) basée à Cordoue qui travaille notamment sur l’amélioration des prospections aériennes thermiques à haute résolution. Elle intègre une quinzaine d’étudiants des universités Paul Valéry Montpellier 3, de Cadix et de Séville.

La première mention d’El Mohino est due à M. Ponsich, qui a identifié deux sites regroupés sous le nom de « Cortijo del Molino », ainsi qu’un troisième (Huerta de San Sebastian), attenant, sans mettre en évidence de production locale d’amphores (Ponsich 1979, nº 161 et 162, p. 141) mais en montrant bien la grande étendue du gisement. G. Chic García a également prospecté le site en 1975 : il y a recueilli une estampille SCALENSIAPHI (Chic García 1985, p. 27). P. Berni Millet, en reprenant les données des frères Barea de J. Moros et de J. Solís, a identifié sur le site une importante production d’amphores Dr. 20 ainsi que des timbres mentionnent trois figlinae distinctes : Talliane(n)sia, Servi(ana ou Servi(liana) et Scalensia (Berni Millet 2008, p. 448). Une production d’amphores Haltern 70 à defrutum a été également mise en évidence (Moros et Berni 2005, p. 52).

Les prospections pédestres effectuées en 2016 par I. Gonzalez Tobar et une équipe d’étudiants espagnols et français (http://archimede.cnrs.fr/index.php/actualites/611-projet-oleastro-2) dans le cadre de sa thèse sur les ateliers du conventus de Cordoba ont profondément renouvelé les connaissances en livrant pour la première fois une image des vestiges de surface et en délimitant l’extension du gisement archéologique. Trois concentrations très nettes de mobiliers archéologiques ont été mises en évidence sur une surface globale de plus de 6 ha grâce à un rigoureux travail méthodologique (Fig. 1) comportant notamment une série de tests de ramassage permettant des calculs de densité.

Fig. 1- Localisation des concentrations de mobiliers et des tests de ramassage réalisés à El Mohino (Palma del Río, prov. de Cordoue) en 2016. Doc. I. Gonzalez Tobar/LabEx Archimede.

Fig. 1 – Localisation des concentrations de mobiliers et des tests de ramassage réalisés à El Mohino (Palma del Río, prov. de Cordoue) en 2016. Doc. I. Gonzalez Tobar/LabEx Archimede.

  • La première, Mohino 1, semble pouvoir être identifiée comme le siège de la figlina de Marcus Aelius Alexander dont le gentilice Aelius pourrait renvoyer à la famille d’Hadrien, originaire d’Italica, ville située à environ 30 km au sud-ouest. La chronologie de cet ensemble a été fixée, grâce aux timbres et éléments de formes d’amphores, aux années 20-40/50 ap. J.-C. Outre des amphores à huile, il produisait également des amphores à vin de types Haltern 70 et Dr. 2-4.
  • Le second ensemble, Mohino 2, situé au nord-est, correspond vraisemblablement à un vaste établissement (une villa ?) comportant de l’habitat ainsi que des traces de production d’amphores : l’atelier intégré à ce site, qui reste occupé jusqu’au Ve s., porte le nom de figlina Serv(iana) ou Serv(iliana) comme l’indiquent les timbres recueillis. Cette fabrique a été active entre les années 70 et le milieu du IIe s. L’habitat est occupé jusqu’au Ve s. comme l’indiquent les nombreux fragments de sigillée claire D et d’amphores Dr. 23 visibles dans son emprise.
  • Enfin, le troisième ensemble, Mohino 3, a livré un abondant mobilier indiquant une activité soutenue, datée entre 70 et 120 ap. J.-C. Deux figlinae auraient été en activité : la Scalensia, dont le siège se trouvait à moins de 2 km au nord-ouest, au lieu-dit « Cerro de Pesebres » (Barea et alii 2008), ainsi que la Tallianensia. Les timbres de la première — SCALENSIAPHI — sont inédits et inconnus au Cerro (Fig. 2) ; ils associent comme l’a bien montré I. Gonzalez Tobar, le nom de la figlina et celui du responsable de l’officine, Phi(lodamus), sans doute un esclave ou un affranchi. On serait donc là en présence d’une succursale de la maison mère du Cerro de Pesebres.
Fig. 2 - Timbre SCALIENSAPHI sur anse d’amphore à huile Dr. 20 à la surface de Mohino 3, avant la fouille. Cl. S. Mauné/ LabEx Archimede.

Fig. 2 – Timbre SCALIENSAPHI sur anse d’amphore à huile Dr. 20 à la surface de Mohino 3, avant la fouille. Cl. S. Mauné/ LabEx Archimede.

Bien évidemment, dans le détail, la fouille apportera sans nul doute des nuances à ces résultats mais ce cadre théorique est intéressant et c’est lui qui guide les recherches en cours.
Mohino 1 et 3 semblent par ailleurs limiter un vaste espace, probablement une cour, dont le côté occidental comportait peut-être une huilerie comme l’indique la présence d’une concentration de briquettes d’opus spicatum, éléments en terre cuite traditionnellement mis en œuvre pour construire le sol des aires de pressurage. Ces éléments ont été recueillis aux abords d’une anomalie décelée lors des prospections magnétiques : peut-être un contrepoids monolithe de pressoir piégé dans sa fosse.
Ces prospections magnétiques réalisées par F. Lévêque et son équipe de l’UMR7266 LIENSs (CNRS et Université de La Rochelle, https://lienss.univ-larochelle.fr/Equipe-ESTRAN) à la suite de ces recherches (http://archimede.cnrs.fr/index.php/actualites/681-projet-oleastro-3), sur une emprise de plusieurs hectares, ont permis de localiser avec une précision centimétrique deux ensembles bâtis rectangulaires distant de 70 m, comportant chacun quatre fours, à l’emplacement de Mohino 1 et 3. Ces prospections à haute résolution ont donc confirmé l’existence des ensembles révélés par les prospections pédestres (Fig. 3).

Fig. 3 - Superposition des résultats des prospections géophysiques de l’Université de La Rochelle et de la délimitation GPS des vestiges présents en surface à El Mohino. Doc. I. Gonzalez Tobar/ LabEx Archimede et Fr. Lévêque/UMR7266 LIENSs La Rochelle.

Fig. 3 – Superposition des résultats des prospections géophysiques de l’université de La Rochelle et de la délimitation GPS des vestiges présents en surface à El Mohino. Doc. I. Gonzalez Tobar/ LabEx Archimede et Fr. Lévêque/UMR7266 LIENSs La Rochelle.

Une opération de fouille a été mise sur pied à l’automne 2017 pour mettre au jour ces figlinae et poursuivre les recherches archéomagnétiques, le but de celles-ci étant, au-delà de la localisation des fours, de tenter de dater par simple prospection de surface, la période d’abandon de ces derniers. Aujourd’hui, pour dater la fin du fonctionnement de fours (par des mesures d’aimantation sur le Nord magnétique des éléments de fer contenu dans les matériaux de construction des fours, lors de la dernière cuisson), on est obligé de recourir à la fouille, à des prélèvements manuels et à des analyses en laboratoire. Le processus est donc coûteux en temps et en moyens financiers. L’objectif du travail expérimental réalisé à El Mohino est, du point de vue de la physique, atteignable mais les instruments de mesure et les outils d’analyses mathématiques et physiques sont à améliorer voire à inventer (Fig. 4).

Fig. 4 - Vue générale du prototype d’appareil destiné aux mesures magnétiques à haute résolution réalisé au laboratoire LIENSs de La Rochelle par F. Lévêque. Cl. S. Mauné/LabEx Archimede.

Fig. 4 – Vue générale du prototype d’appareil destiné aux mesures magnétiques à haute résolution réalisé au laboratoire LIENSs de La Rochelle par F. Lévêque. Cl. S. Mauné/LabEx Archimede.

L’un des objectifs de cette fouille est également de rassembler des lots de charbons de bois et de noyaux d’olive pour analyser la dynamique du combustible utilisé dans les fours. Les noyaux permettront également de préciser, comme à Las Delicias (http://www.asm.cnrs.fr/presse/vie-du-labo/293-paru-dans-la-revue-vegetation-history-and-archaeobotany), les variétés d’olivier utilisées pour la production de l’huile ; enfin, l’exploration des fours permettra de documenter leur morphologie et les solutions techniques mises en œuvre entre les années 20 ap. J.-C. et la première moitié du IIe s. pour améliorer leur rendement et leur résistance aux hautes températures. Ce volet alimentera la thèse en cours d’Ophélie Tiago Seoane sur « Les fours à amphores d’époque romaine en Méditerranée Occidentale et sur ses marges. Études architecturale et technologique (Ier av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.) ».

La fouille qui vient de commencer a permis de dégager les deux ateliers et a confirmé la présence de deux ensembles de quatre fours (Fig. 5 et 6).

Fig. 5 - Vue aérienne des deux fenêtres de fouille de Mohino 1 et 3 avec à gauche, le méandre du Guadalquivir. Cl. Société Airdronebuilder.

Fig. 5 – Vue aérienne des deux fenêtres de fouille de Mohino 1 et 3 avec à gauche, le méandre du Guadalquivir. Cl. Société Airdronebuilder.

Fig. 6 - Vue générale du décapage mécanique en cours de l’atelier de Mohino 3. Cl. S. Mauné/LabEx Archimede.

Fig. 6 – Vue générale du décapage mécanique en cours de l’atelier de Mohino 3. Cl. S. Mauné/LabEx Archimede.

  • À Mohino 1 ont été mises au jour deux batteries de deux fours circulaires ouvrant sur une vaste fosse d’accès intégrée dans le bâtiment. Ces unités de cuisson sont dans un état de conservation qui paraît exceptionnel puisque le décapage mécanique a été arrêté sur le niveau de destruction des laboratoires, peut-être conservés sur 70 cm de hauteur (Fig. 7). Le dégagement préliminaire des dépotoirs mis au jour dans ce secteur confirme que l’on se trouve dans la zone de production de M. Aelius Alexander.
  • À Mohino 3, un premier four (FR5) circulaire de 4,70 m de diamètre est implanté dans un bâtiment et une batterie de trois fours circulaires de taille inférieure (4,10 m de diam.) est ensuite ajoutée (Fig. 8). L’état de conservation est ici aussi remarquable : le four 5 a conservé sa façade alors que celles des autres fours se sont tout ou partie effondrées dans la fosse d’accès. Les capacités de ces unités de cuisson sont comprises entre 50 et 70 m3 ce qui les classe dans la catégorie des fours moyens, les plus grands connus dans le monde romain pour la cuisson des amphores atteignant 120/140 m3, sur quelques ateliers de Gaule narbonnaise.
Fig. 7 - Vue zénithale de l’atelier de Mohino 1. Chaque four a un diamètre d’environ 4 m. Cl. Société Airdronebuilder.

Fig. 7 – Vue zénithale de l’atelier de Mohino 1. Chaque four a un diamètre d’environ 4 m. Cl. Société Airdronebuilder.

Fig. 8 - Vue zénithale de l’atelier de Mohino 3. Chaque four a un diamètre d’environ 4 m. Cl. Société Airdronebuilder.

Fig. 8 – Vue zénithale de l’atelier de Mohino 3. Chaque four a un diamètre d’environ 4 m. Cl. Société Airdronebuilder.

Dans les deux ateliers Mohino 1 et 3, les niveaux de comblement des fosses d’accès sont identiques : pans écroulés de murs en terre massive provenant des élévations des murs des bâtiments, façades effondrées de certains des fours et couches constituées des rebuts de production de fours continuant à fonctionner. Ces dépotoirs mêlent les cendres issues du nettoyage des alandiers et de foyers des fours et les fragments d’amphores qui se sont fissurées lors de la cuisson. Ils constituent une mine d’informations qui va permettre de qualifier les productions des figlinae tout en précisant encore davantage leur chronologie.

Les enjeux scientifiques de cette opération franco-espagnole sont donc pluridisciplinaires : ils concernent l’archéologie, l’archéométrie, l’anthracologie et la carpologie. Ils devraient permettre de progresser de façon significative dans l’histoire de cette proto-industrie qui pendant plus de trois siècles a fourni à la partie occidentale de l’Empire romain et à l’Urbs, des dizaines de millions d’amphores à huile, assurant ainsi l’équilibre et la sécurité alimentaires de sa population.

Fig. 9 - Vue de l’atelier de Mohino 1 en cours de nettoyage. Cl. S. Mauné/LabEx Archimede.

Fig. 9 – Vue de l’atelier de Mohino 1 en cours de nettoyage. Cl. S. Mauné/LabEx Archimede.

Bibliographie

BAREA BAUTISTA (J. S.), BAREA BAUTISTA (J. L.), SOLIS SILES (J.), MOROS DíAZ (J.) — Figlina Scalensia : un centro productor de ánforas Dressel 20 de la Bética, Col·lecció Instrumenta, 27, Barcelona, 2008.

BERNI MILLET (P.) — Epigrafía anfórica de la Bética. Nuevas formas de análisis, Col·lecció Instrumenta, 29, Barcelona, 2008.

CHIC GARCÍA (G) — Epigrafía anfórica de la Bética I. Las marcas impresas en barro sobre ánforas olearias (Dressel 19, 20 y 23), Sevilla, 1985.

MOROS DíAZ (J.), BERNI MILLET (P.) — Epigrafía sobre àmfores Haltern 70 bétiques. Catálogo de sellos, in A.A.V.V. y colaboradores, Culip VIII i les àmfores Haltern 70. Monografies del CASC, 5, Girona, 2005, pp. 51-58.

PONSICH (M) — Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir. La Campana, Palma del Río, Posadas, Publications de la Casa de Vélazquez, Fasc. III, Paris, 1979.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *