Archéologie en péninsule Ibérique : plus d’un siècle de coopération internationale

Archéologie en péninsule Ibérique

15-17 novembre 2017

Coordination : Laurent CALLEGARIN, Nicolas MORALES (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid)

Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Deutsches Archäologisches Institut-Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, Aix-Marseille Université

Collaboration : Institut français de Madrid, UMR 5607 (Ausonius, Université Bordeaux Montaigne)

Lieux de la manifestation : Casa de Velázquez, Madrid

Cette rencontre s’inscrit dans l’année de célébration du centenaire des premières fouilles françaises sur le site emblématique de Baelo Claudia (Tarifa, Cadix).

Les quatre campagnes, qui s’échelonnèrent de 1917 à 1921, réunissent une équipe internationale de chercheurs : financés par l’École des hautes études hispaniques, composante de l’Institut français d’Espagne situé à Madrid, et par une subvention de l’hispaniste américain Archer Milton Huntington, fondateur de The Hispanic Society of America, les travaux sont placés sous la direction scientifique du Français Pierre Paris, secondé par le franco-britannique George Edward Bonsor, responsable des opérations de terrain, et par l’Espagnol Cayetano de Mergelina y Luna.

Fort de cet exemple, le présent colloque entend mettre l’accent sur cet esprit de coopération scientifique internationale, notamment française et allemande, qui anime la recherche en péninsule Ibérique depuis la fin du XIXe siècle. La construction et la consolidation de l’archéologie péninsulaire seront examinées au prisme des relations internationales de 1880 à nos jours.

Seront tour à tour convoquées les aventures scientifiques des premiers savants, la professionnalisation et la spécialisation des chercheurs nationaux et étrangers, les rivalités, mais aussi les solidarités scientifiques sur fond d’événements macro-politiques qui secouèrent l’Europe dans la première moitié du XXe siècle, la mise au jour et l’identification de nouvelles cultures du passé, la constitution d’un appareil institutionnel pour gérer le domaine archéologique en Espagne, avec parallèlement la mise en place d’instituts de recherche étrangers, l’ouverture de nouveaux fronts archéologiques telle l’archéologie islamique dans les années 1960 jusqu’aux programmes de recherche internationaux, dont le renforcement actuel conduit à la constitution d’un réseau scientifique à l’échelle mondiale, où opérations de terrain, formation des jeunes chercheurs et publications s’entremêlent.

Résumés et bibliographie

Plus d’informations : www.arqueo100.es


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.