Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2009-2010

L’année 2010 constitue la deuxième année d’activité de la mission archéologique Rirha du nouveau quadriennal accepté par le Ministère des affaires étrangères et européennes français et soutenu financièrement par la Casa de Velázquez et l’Institut national des sciences de l’antiquité et du patrimoine de Rabat. Les opérations qui se sont déroulées du 10 mai au 5 juin sur le site de Rirha sont au nombre de trois.

Les excavations archéologiques

Les trois secteurs anciennement ouverts ont fait l’objet d’une poursuite d’étude de terrain. L’Ensemble 1 (domus et balnéaire) a vu la mise en place de sondages limités qui ont permis de préciser les horizons antérieurs à l’édification de l’habitation (sondage 3 et 6) et les modalités d’accès à la maison (sondage 5) [fig. 1].

Fig. 1. L’Ensemble 1 (domus et balnéaire).

Fig. 1. L’Ensemble 1 (domus et balnéaire).

Ont également été mises en évidence les différentes réfections des bâtiments, et le phasage de l’ensemble précédemment proposé a pu être confirmé par des éléments inédits. Ainsi, il apparaît clairement qu’il existait au moins un bâtiment initial à la domus exhumée ; en témoignent non seulement le mur en petits moellons équarris [1371], volontairement arasé, localisé sous le radier du sol mosaïqué de la pièce IX, mais également l’ensemble fenêtre/massif maçonné (sondage 6) mis au jour cette année à au moins 1,50 m du niveau du sol de circulation de la maison à péristyle (la fouille reste en cours) et la mise en œuvre singulière des murs des pièces VIII et IX (utilisation de pierres verticales comme piédroit). Il est fort probable que cette première demeure était contemporaine de l’immense dépotoir (dont les dimensions n’ont pu être reconnues par les simples sondages — 1 et 3 — pratiqués), situé sous les pièces VI et VII et daté de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. Ce dépotoir, profond d’au moins 4 m, contenait un nombre important de fragments d’amphores de type Dressel 7/11 et un riche échantillon de vaisselle sigillée, en grande partie issue de l’atelier sud-gaulois de La Graufesenque. Il est à noter que certains horizons stratigraphiques ont livré un amas de fragments de briques crues, dont certains, fortement rubéfiés, trahissent la présence de bâtiments probablement maurétaniens tardifs à proximité ; en effet, à ce jour, seule la période préromaine atteste l’utilisation de la brique crue, l’époque romaine se caractérisant par l’emploi du pisé en élévation sur un soubassement maçonné. Ce nouvel élément amène à s’interroger sur l’étendue de l’emprise territoriale de l’agglomération maurétanienne. Quoi qu’il en soit les nouvelles données de terrain permettent d’envisager une forte présence romaine sur le site dès le lendemain de la conquête claudienne.

Le Sondage 5 et le Sondage Ancien 1, réunis en un seul et même périmètre de fouilles, ont fourni de nouveaux horizons d’époque islamique avec des niveaux d’occupation scellés appartenant probablement aux XIIe-XIIIe siècles et des fosses-dépotoirs relevant certainement des XIIIe-XIVe siècle. Ont été privilégiées les études du bâti de l’époque romaine et des reprises à la période islamique, après avoir assaini l’espace par la fouille des multiples fosses-dépotoirs médiévales susmentionnées. La nouveauté réside dans la révision de l’impact islamique sur l’architecture exhumée. Après examen des mises en œuvre et des évidences stratigraphiques, il apparaît que le secteur fait l’objet d’un très important remaniement constructif probablement à la période almohade. En effet, alors qu’au milieu du Ier siècle ap. J.-C., une bonne partie de l’orientation architecturale maurétanienne avait été reprise après arasement des structures bâties en briques crues, on observe la même pratique à l’époque médiévale, avec toutefois une préférence non pas pour le remblaiement mais pour le creusement afin d’asseoir murs et sols. La plupart des murs du Sondage 5 possèdent donc une véritable succession diachronique sur laquelle se lisent les trois périodes d’édification, à savoir l’époque maurétanienne tardive, le Haut-Empire romain et très certainement la période almohade.

L’étude de la totalité du décor de l’Ensemble 1

Une équipe a procédé à l’analyse du programme décoratif de la domus et de son balnéaire (enduits peints, mosaïques et chapiteaux sculptés). Il ressort que l’ensemble décoratif présente une belle homogénéité due en partie à l’emploi d’une palette chromatique analogue entre les pavements mosaïqués et les fresques pariétales. Les imitations de marbres, en particulier celui de Chemtou (Numidie), sont un élément récurrent du décor pariétal.

L’examen attentif des parois et l’étude des niveaux de destruction, dont un inédit dans la pièce 3 du balnéaire, a permis d’enrichir notre connaissance du décor peint. Ainsi la pièce VIII offre des fragments peints où apparaît une composition compartimentée usant du noir, du vermillon, du jaune et du blanc, probablement en soubassement. Par ailleurs, il a été mis en exergue la partition des parois du balnéaire en lien avec la présence de l’eau : du sol jusqu’à 80 cm de hauteur, un mortier de tuileau hydraulique fait office de couche de ragréage sur laquelle se fixe l’enduit de lissage peint avant de laisser la place à un mortier blanc, accueillant lui aussi la fresque.

Deux nouveautés sont à signaler pour cette campagne : 1) le dégagement, sous un niveau de destruction, du pavement mosaïqué de la pièce 3 du balnéaire (fig. 2).

Fig. 2. Vue générale du pavement mosaïqué de la pièce 3 du balnéaire (Ensemble 1).

Fig. 2. Vue générale du pavement mosaïqué de la pièce 3 du balnéaire (Ensemble 1).

Le décor, qui a fait l’objet d’un relevé au 1/10e, présente un tapis bordé d’un filet noir à denticules qui se prolonge dans l’angle sud-ouest par un fuseau au centre rose et au contour noir en double filet. Du champ ne subsiste qu’une ligne de triangles dentelés noirs qui borde une composition centrée de quatre cœurs (42 dm2) et un quatre-feuilles dont deux pétales sont conservées. Les fuseaux sont roses au milieu et noirs aux extrémités ; 2) la mise au jour, dans un niveau de remblai ou de destruction (la fouille est en cours) d’un chapiteau corinthien de belle facture, fracturé en une dizaine de fragments sous l’action du feu. Cette découverte porte à deux le nombre de chapiteaux corinthiens en calcaire jaune découverts dans des niveaux perturbés de la domus. L. Chatelain avait déjà exhumé deux autres chapiteaux, mais en calcaire blanc du Zerhoun et davantage stylisés.

La restauration des pavements et la conservation des enduits peints

Une équipe algérienne de restauration complétait l’équipe précédente, facilitant le travail d’analyse du fait des consolidations opérées sur les tapis largement dégradés et lacunaires (fig. 3). Cette intervention, voulue par l’équipe de direction, possédait également une dimension pédagogique et s’inscrivait dans un plan de sensibilisation et de formation des archéologues et conservateurs marocains.

Fig. 3. Restauration des tapis mosaïqués (Ensemble 1).

Fig. 3. Restauration des tapis mosaïqués (Ensemble 1).

Parallèlement aux opérations de conservation des mosaïques, ont été menés une intervention sur les fresques les plus menacées (pièce VII), une fixation (à l’aide du Paraloïd B72) des objets métalliques issus des campagnes 2009-2010 et un remontage du chapiteau corinthien.

Après d’ultimes vérifications de terrain, une relecture générale de la première monographie sur le site a été effectuée par la direction des fouilles. Les auteurs ont replacé la quinzaine de contributions dans une progression diachronique qui donne un aperçu général du potentiel du site de Rirha aux époques antique et médiévale.

Pour citer ce billet : Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh, « Rirha (Sidi Slimane, Maroc). Rapport 2009-2010 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 23/06/2016, https://archeocvz.hypotheses.org/113.

Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui et Abdelfattah Ichkhakh

Laurent Callegarin (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Mohamed Kbiri Alaoui (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine, Rabat) et Abdelfattah Ichkhakh (Délégation de la Culture d’Essaouira)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.