Aspe (Alicante). Rapport 2016

Pierre Rouillard (DR émérite au CNRS) et Jesús Moratalla (Université de Alicante)


A 2 km au sud d’Aspe (Alicante), au lieu dit « Tres Hermanas », à l’ouest de la route qui conduit de Aspe à Elche, une troisième campagne de fouille a été effectuée du 21 mars au 12 avril 2016.

L’équipe réunit :

  • Pierre Rouillard (DR CNRS émérite) et Laurent Costa (IR CNRS), de l’UMR 7081, ArScAn, Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès,
  • Jesús Moratalla Javega, assistant à l’Area de Arqueología, Université de Alicante,
  • María T. Berna García, Directrice du Museo Histórico de Aspe.

La direction est assurée par María T. Berna García, Jesús Moratalla Javega et Pierre Rouillard.

Le financement est assuré par le ministère des Affaires étrangères français, la ville d’Aspe et la Casa de Velázquez qui a retenu ce programme parmi ses activités archéologiques.

Notre programme a deux objectifs principaux :

  • d’une part l’analyse des voies antiques et des circulations entre le sud du massif d’El Ferriol (où nous avons étudié les carrières antiques) où se situent La Alcudia (Elche) et Santa Pola (occupés à partir du Ve siècle) et le nord de ce même massif avec Aspe et Montforte del Cid (occupé à partir du Ve siècle),
  • et d’autre part l’étude de ce que par commodité nous appelons un « habitat », en fait un ensemble de structures dispersées sur les pentes de trois puissantes collines alignées d’est en ouest « Las Tres Hermanas ».

Un établissement à flanc de pente

Dans la suite des opérations menées durant les campagnes 2014 et 2015 (TH0, THq et THq’) et parallèlement à la fin de la fouille de THf, les travaux ont été effectués sur le site de « Las Tres Hermanas » :

  • étude des structures THj et THj’,
  • étude préliminaire de la structure Thg,
  • suite à des clichés réalisés avec un drone, nouvelles études de l’organisation spatiale des vestiges.

 

Fig. 1. — Tres Hermanas (Aspe, Alicante) dans son environnement.

Fig. 1. — Tres Hermanas (Aspe, Alicante) dans son environnement.

Fig. 2. — Le site de Tres Hermanas (Aspe, Alicante).

Fig. 2. — Le site de Tres Hermanas (Aspe, Alicante).

À l’exception de la carrière moderne (THn) et du bâtiment TH0, l’ensemble des structures reconnues présente un profil architectural plutôt cohérent sous la forme de murs et de murets en pierres sèches liées à l’argile. La conservation de ces structures reste cependant très réduite, particulièrement sur les crêtes (THq, Thq’, THd’, Thd) ou sur les sommets où seuls quelques morceaux de la première assise nous permettent de proposer des pièces cohérentes. La conservation semble en revanche meilleure pour les locus à flanc de coteau (THf, THf’, THj) ou les constructions peuvent être conservées sur quelques dizaines de cm.

Les tailles de ces unités sont globalement cohérentes et prennent la forme de petites pièces assemblées par groupe de 2 ou 3 qui se disposent sur des terrasses aménagées et localisées sur les crêtes ou les flancs des coteaux. L’ensemble des vestiges reconnus couvre une surface d’environ 6 ha, sans trace d’aucune fortification ou d’une quelconque délimitation.

Aucun élément de voirie n’est clairement identifié et les éléments THd et THj ou encore THq, reconnus précédemment comme des espaces probables de circulation, s’avèrent en fait être des murs d’appui (ou plate-formes) contre lesquels s’appuient des séries de pièces ; cette observation est notamment fondée à partir de la structure THq.

Le matériel archéologique est fort peu abondant, mais il autorise une datation à l’époque ibérique dite « plena/pleine », soit les Ve/IVe siècles av. J.-C.

Les secteurs de fouille

En 2016, la fouille a porté sur trois secteurs :

  • la structure THf, avec l’étude de la façade septentrionale,
  • les structure THj et Thj’ situées au bas de l’ensemble.
  • De plus a été amorcée l’étude du secteur THq, au sommet du cerro central (« B ») qui offre une vue exceptionnelle de la région d’Elda à la côte au long du Río Vinalopo.

La structure THf

A mi-pente du cerro B, sur une plate-forme de 50 m2, l’édifice THf (9, 60 x 3, 90m) compte 3 pièces qui s’appuient sur un mur (MR 2000). L’objectif du travail de cette campagne était l’étude d’un mur (MR 2011) parallèle à celui de la façade septentrionale (MR 2000) : l’espace entre les murs est de 0,60 m et va en se rétrécissant vers l’est, ce qui n’autorise pas de suggérer qu’il puisse s’agir d’une ruelle ; ce mur 2011 se prolonge vers l’ouest jusqu’à la rupture de pente et s’appuie sur la roche en place présentant dès lors les traits d’un mur de terrasse destiné à protéger l’ensemble de 3 pièces.

Fig. 3. — La structure THf et le mur de terrasse septentrional.

Fig. 3. — La structure THf et le mur de terrasse septentrional.

La structure THj

La structure THj est établie sur une plate-forme de 7 x 10 m avec une rupture de pente très forte à l’est. L’édifice de 5,10 x 4,55 m (23,2 m2) compte deux pièces allongées orientées et ouvertes vers le sud qui ne communiquent pas entre elles. Au sud, ont été ajoutées deux murets longs de 1,50 m qui s’adossent à la façade méridionale. La pièce A (6,53 m2 intra-muros) compte trois aménagements, le plus important étant une plateforme (0,50 m de diamètre), une base probablement destinée à supporter un outil de production. La pièce B (7,33 m2 intra-muros) ne compte pas d’installation de ce type.

Fig. 4. — THj.

Fig. 4. — THj.

La structure THj

THj’, située à 25 m au nord de THj et établie sur une pente forte, est un autre cas de structure isolée. L’édifice rectangulaire est assis sur un espace de 5 x 3 m et la construction elle même mesure 3,80 x 3,10 m (11,8 m2). Manque le mur oriental où devait se situer la porte d’accès. Le mur sud a l’aspect d’un mur de terrasse. Une « pile » est adossée au mur ouest, longue de 1,88 m et large de 0,78 m, construite avec soin en deux phases, dont la fonction nous échappe (support de feu ? assise pour une activité de stockage ou de production ?)

La structure THg

Située au sommet de la colline « B », au centre du site, cette structure a été l’objet de spoliation dans les années 1970. Ainsi la construction sommitale, qui a la forme d’un ovale (6, 75 x 4, 20m), avait été pour l’essentiel vidée, mais il subsite un espace important à étudier, la plate-forme sur laquelle elle est assise. Les tout premiers travaux sur ce secteur ont livré un matériel bien datable entre la fin du Ve siècle et le début du IVe siècle (notamment des fragments de céramique attique et des amphores ibériques). L’importance de ce secteur est évidente, notamment à cause de sa situation : du sommet la vision s’étend de Elda à la côte, au fil du Vinalopo.

Une situation régionale remarquable

Il convient de rappeler la position géographique remarquable du site de « Las Tres Hermanas » qui s’est imposée comme une évidence durant les phases de travail sur le terrain. Située au sud de la ville actuelle d’Aspe, cet ensemble occupe une position géographique qu’une première analyse archéogéographique permet de mettre en exergue.

Le géoréférencement et la vectorisation en cours des cartes anciennes disponibles sur la zone nous a permis de créer une base de données sur les réseaux routiers anciens (XIXe s.). Par la suite, les données archéologiques environnantes ainsi que plusieurs autres fonds cartographiques et photographiques seront aussi intégrés et un tri automatique des voies couplé à une analyse statistique et spatiale permettra de dégager des grandes structures du paysage et ainsi de mieux comprendre l’insertion de LTH dans son environnement.

Cette base documentaire couplée à l’analyse du Modèle Numérique de Terrain de l’IGN espagnol nous permet aussi de travailler en termes d’intervisibilité.

Malgré l’incomplétude des bases de données et des analyses, plusieurs points préalables montrent la situation remarquable du site :

  • LTH se situe à proximité immédiate d’un axe de circulation entre Elche et Aspe à l’Ouest du Vinalopo. « La carretera commarcal de Elche » qui est le tracé XIXe est associé à un faisceau de voies plus anciennes dont un « Camino viejo de Aspe a Elche ».
  • cinq chemins viennent se rejoindre au sud de LTH lui conférant un statut de carrefour remarquable.
  • LTH se situe à l’interface entre la plaine d’Elche et la plaine d’Aspe / Novelda / Montforte del Cid à proximité de la seule zone de liaison qui soit topographiquement accessible à l’exception de la vallée du Vinalopo. De plus, une première analyse de visibilité montre que cette position est extrêmement favorable et permet de faire un lien visuel entre la zone de plaine située au nord de la Sierra de Madera / Sierra Negra / Sierre de Tabaya et le sud jusqu’à la mer. À noter que le noyau ancien d’Aspe n’est pas visible depuis le site de LTH mais en revanche une liaison visuelle est possible entre Guardamar / Elche / LTH / Novelda / Monforte del Cid / Agost. Si le noyau urbain ancien n’est pas visible en revanche la voie d’accès ancienne (« Camino viejo de Aspe a Elche ») est visible sur une grande part de son trajet.

Conclusions

L’intérêt du site de Las Tres Hermanas est multiple car sa structure même échappe aux schémas connus dans le monde ibérique et sa position géographique lui donne une fonction particulière. Et il est probable que la fonction du site tienne pour l’essentiel à cette situation.

Sur ce site se trouvent en fait deux types de structures :

  • d’une part des alignements de pièces disposées en batterie, que nous avons étudiés en 2015 (ainsi THq, entre les structures isolées TH0 et THf) ;
  • d’autre part un essaimage de petits édifices, isolés les uns des autres, composés de quelques pièces (entre 1 et 3), elles-mêmes de petite taille, THf, THj, THj’, THg, entre lesquels on reconnaît quelques sentiers

Le tout se situe dans un espace non fortifié ni même délimité de 3, 5 hectares à flanc de coteau, entre les sommets A et B. De plus, ces édifices, au-delà de leur taille, de leur petit nombre de pièces et de leur ouverture vers le sud, présentent des caractères différents : THf, THj, Thj’ peuvent être lus comme des unités d’habitation ; TH0 est un édifice bien particulier qui est proche de l’édifice tripartite reconnu comme temple à El Campello (Alicante).

Ces édifices mis au jour appartiennent à l’époque ibérique dite « pleine / plena », datée aux Ve/IVe s. av. J.-C. – ce qui a été bien confirmé lors de cette campagne avec la découverte de fragments attiques bien datables –, moment d’une très dense occupation de la région, de Santa Pola à Guardamar del Segura, d’Elche à Montforte del Cid (fig. 1) qui comptent des habitats organisés avec muraille, rues, îlots de maisons, autant d’éléments catarctéristiques des oppida de la région contestane et qui n’existent pas à Las Tres Hermanas.

Las Tres Hermanas pourrait être lu comme un établissement rural, éclaté, peu peuplé, à distance d’habitats proches et organisés comme Las Agualejas (Montforte del Cid) et sans doute Castillo del Rio (où l’occupation ibérique est mal connue, probablement occultée par le château arabe). Mais il reste difficile de reconnaître un habitat permanent sans fortification.

L’hypothèse d’un site occupé de manière irrégulière peut être avancée. Sa position géographique en fait un point central dans une région vaste et de ce site, de TH0 et plus encore du sommet des trois cerros A, B et C, un contrôle visuel est parfait, et de tous les sites environnants la masse des trois cerros est visible, imposante même. On comprend alors l’intérêt de fouiller THg et son environnement immédiat au sommet de « B » Soulignons que des foyers sont bien visibles, mais en aucun cas leur état n’atteste un usage régulier.

Las Tres Hermanas peut alors être compris comme un lieu de contrôle, militaire, ou comme un point de rencontre politique ou religieux occupé à des moments précis, les édifices servant à l’accueil. Reste le cas de TH0, à la position exceptionnelle dans le paysage, à l’architecture particulièrement élaborée et à la construction très soignée que l’on pourrait lire comme un sanctuaire. Mais un sanctuaire qui n’a livré aucun témoignage d’une pratique religieuse, ni offrande, ni ex-voto, ni dépôt tangible jusqu’à nos jours…. Aucune forme de religiosité n’a été relevée.

La fonction de point de rencontre (social, politique, religieux ?) remarquable reste l’hypothèse que nous pouvons formuler, sans prétendre, à ce stade, conclure.

Les développements à venir

  • Fouille de l’édifice THg et de son environnement.
  • Ultime prospection pour bien délimiter d’une part les structures clairement isolées et les pièces aménagées en batterie.
  • À la suite des premiers travaux sur l’espace régional plusieurs axes de travail seront développés durant l’année 2015-2016, l’objectif étant une base de données sur les voies anciennes de la région en relation avec les études sur la Via Augusta pour replacer les flux de circulation et les cheminements dans le secteur de Ferriol et le site de Las Tres Hermanas :
    • poursuite de l’intégration des documents et cartes anciennes ;
    • achèvement de la vectorisation des voies et des limites de la zone d’étude et la mise en place du protocole d’étude ;
    • recollement des différentes informations archéologiques situées dans un rayon de 25 km autour de LTH ;
    • mise en place d’un modèle numérique tridimensionnel basé sur les survols en drone réalisés durant les campagnes 2014 et 2015 ;
    • restitution 3D des vestiges de LTH.

L’ensemble de ces informations fera ensuite l’objet d’une mise en ligne sous la forme d’un portail cartographique librement accessible pour la communauté.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *