L’eau à Baelo Claudia. Rapport 2016

Les objectifs

La fouille archéologique de 2016 fait suite à deux campagnes de prospections pédestres réalisées en 2013 et 2014 ainsi qu’une opération de terrain en 2015. Elles avaient mis en évidence l’importance du réseau d’alimentation en eau de la ville romaine de Baelo Claudia, l’originalité de certains de ses vestiges et leur bon état de conservation apparent. Trois aqueducs approvisionnaient en eau la ville romaine : celui de Molino de Sierra Plata à l’ouest, celui de Realillo au nord et celui de Punta Paloma à l’est (Borau 2013, 2014, 2015). L’opération menée l’an passé portait sur des structures-clés de l’ingénierie hydraulique romaine de la ville antique, justifiant à terme un projet plus vaste. Mais la découverte de structures inédites nous a conduit à réaliser une opération d’urgence en raison des risques de destruction que ces structures archéologiques couraient.

L’opération de 2016 à donc porté sur trois secteurs (fig. 1) :

  • un tronçon du canal de l’aqueduc de Realillo associé à un puits de rupture de pente – structure destinée à ralentir le courant de l’eau lorsque l’aqueduc doit affronter une forte pente – en amont du château d’eau dans le quartier nord de la ville antique
  • un bassin de décantation s’intercalant entre l’aqueduc de Realillo et son château d’eau
  • le puits de rupture de pente jouxtant le pont-aqueduc de Churriana de l’aqueduc de Punta Paloma, extra-muros, à 2 km à l’est de la ville.
Fig. 1. — Localisation des zones de fouille

Fig. 1. — Localisation des zones de fouille

Cette campagne, intitulée « Sondeos arqueológicos: estudio de las redes hidráulicas romanas de Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz). Pozos de resalto y canales » s’est déroulée durant 15 jours seulement mais elle a fourni d’importants résultats qui révèlent le potentiel archéologique de cette thématique au sein du site. Désormais, à la lumière des nouveaux résultats collectés, elle justifie pleinement le dépôt d’un projet de 5 ans (Proyecto General de Investigación) auprès de la Junta de Andalucía en 2017.

Les résultats

Nous avons d’abord procédé au nettoyage du puits de rupture de pente de l’aqueduc de Punta Paloma en amont du pont de Churriana (fig. 2). Ce puits est particulièrement important à cet emplacement car il permet de ralentir le débit de l’eau avant le passage sur le pont-aqueduc, point fragile du tracé. Or, l’opération de terrain a montré que le canal de l’aqueduc ainsi que la partie supérieure du puits de rupture de pente ne se trouvent plus dans leurs positions originelles. Ils ont basculé dans la pente et il est actuellement impossible de dégager convenablement l’intérieur du puits. On constate néanmoins que le canal amont, tangent à l’axe du pont-aqueduc, aboutit à ce puits de 0,60 de diamètre. Cependant, on ignore la profondeur du puits et par conséquent celle de la chute d’eau. De là, l’eau se dirigeait vers le pont par le canal aval, dont il subsiste encore le fond. Ce puits de rupture de pente, qui semble a priori très similaire à celui du pont de Chorrera sur le même aqueduc à son entrée dans la ville romaine, mériterait donc un dégagement plus approfondi à l’avenir, nécessitant des moyens et une durée d’étude plus importants.

Fig. 2. — Pont de Churriana

Fig. 2. — Pont de Churriana

À l’intérieur de la ville romaine, nous avons ensuite achevé la fouille du puits de rupture de pente associé à celle du canal de l’aqueduc de Realillo.

La fouille du puits de rupture de pente est particulièrement importante car il s’agit du premier puits de ce type fouillé dans son intégralité pour la première fois dans la péninsule Ibérique, selon les méthodes de fouilles stratigraphiques actuelles. On peut désormais restituer l’ensemble du fonctionnement de ce dispositif si ingénieux (fig. 3). Son élévation totale conservée atteint 2,67 m pour un diamètre de 0,90 m. Nous avons à la fois pu identifier le niveau d’arrivée du canal en partie haute du puits ainsi que le canal aval en partie basse, ce qui correspond à une chute d’eau de 1,77 m. Si le canal amont a aujourd’hui disparu, on peut affirmer qu’à l’origine, il était faiblement enfoui et devait progressivement être porté par un petit mur-bahut. En outre, les niveaux de démolition contiennent du mobilier céramique qui pourrait éventuellement dater l’abandon de l’aqueduc vers la fin de l’Antiquité.

Fig. 3. — Coupe du puits de rupture de pente et restitution de son fonctionnement

Fig. 3. — Coupe du puits de rupture de pente et restitution de son fonctionnement

Au pied du puits, le canal est bien conservé et d’un faible gabarit. De forme trapézoïdale, il mesure 0,42 m à l’ouverture et 0,28 m à la base, pour une hauteur atteignant une soixantaine de centimètres. Il était couvert de dalles qui ont probablement été récupérées. Ce conduit ne s’aligne pas sur l’axe du canal amont mais s’oriente vers le sud-est. Selon cette configuration, le puits de rupture de pente a pour but, à la fois de ralentir le débit de l’eau et de permettre au canal de changer de direction. D’ailleurs, il ne se dirige pas vers le château d’eau situé 79 m en aval. En outre, on note que sa pente est très forte, de l’ordre de 7%, malgré la chute effectuée dans le puits de rupture de pente. Cette fouille est intéressante car il s’agit d’une mise en évidence inédite du canal souterrain de cet aqueduc.

Par ailleurs, le puits présentait plusieurs couches de comblement – composées essentiellement de gros blocs liés au bouchage volontaire du puits – mais également des couches d’utilisation au fond, correspondant à des dépôts limoneux et argileux véhiculés par l’eau. Quelques tessons de céramique ont également été découverts. Malheureusement, ils ne permettent pas de dater précisément la construction ou l’abandon du puits.

Cette fouille a permis de constater le bon état de conservation de l’aqueduc et de son dispositif de ralentissement, mais surtout d’analyser précisément ses techniques de construction, ses dimensions, sa pente, son orientation. En outre, la présence de traces d’outils dans les concrétions calcaires visibles sur les parois, témoigne de son nettoyage.

En observant attentivement la topographie, on comprend parfaitement les raisons qui ont poussé les constructeurs à implanter sur ce tronçon du parcours de l’aqueduc, ce puits destiné à ralentir le débit de l’eau. Il se situe précisément au niveau d’une rupture de pente.

A 45 m en aval, nous avons également dégagé le bassin s’intercalant entre le puits de rupture de pente et le château d’eau et déterminé sa fonction (fig. 4-5). Apparaissant à fleur de terre, un tronçon de ce que nous interprétions comme une canalisation enduite de mortier de tuileau peut-être associée à un quatrième puits, avaient été observés en prospections. Le dégagement de cette structure en plan a permis de constater qu’il ne s’agit pas d’une canalisation mais d’une structure inattendue : c’est-à-dire un bassin quadrangulaire maçonné et enduit d’une couche de mortier d’imperméabilisation visible à la fois sur les parois et le fond. Son comblement constitué d’imposants blocs de maçonnerie semble suggérer qu’une voûte couvrait cette structure à l’origine. Pour des raisons de sécurité et de stabilité, nous avons été contraints de laisser une partie du comblement du bassin en place : cependant nous avons dégagé un volume de 6,40 m3 sur 9,35 m3 au total. Si ce bassin a subi d’importants dommages dont témoignent les fissures encore visibles résultant soit de l’instabilité du terrain, soit de problèmes sismiques, il est bien conservé en élévation puisqu’il atteint encore 1,66 m de hauteur totale. La découverte du canal de l’aqueduc amont se jetant dans le bassin ainsi que le canal s’échappant de ce dernier, permet désormais de déterminer la fonction de cette structure. Il ne s’agit pas d’un bassin privatif d’une maison, d’une citerne, ou d’une fontaine mais d’un bassin de décantation en relation directe avec l’aqueduc de Realillo, dont les exemplaires sont rares dans la péninsule. Ce type de structure permet à la fois de faire décanter l’eau et de piéger les sédiments véhiculés par celle-ci avant son arrivée à son point terminal que constitue le château d’eau. Ainsi, la découverte de ce bassin de décantation témoigne des précautions prises par les concepteurs pour éviter le bouchage de ce petit conduit avant son entrée dans le château d’eau.

Fig. 4. — Coupe et restitution de la piscina limaria

Fig. 4. — Coupe et restitution de la piscina limaria

Fig. 5. — Piscina limaria vue vers le sud

Fig. 5. — Piscina limaria vue vers le sud

En outre, on connaît peu de piscina limaria à la fois dans la péninsule Ibérique mais plus généralement dans le monde romain et il existe très peu d’études spécifiques sur ces questions. Par conséquent, la découverte du bassin de décantation de Baelo Claudia constitue une source d’informations particulièrement importante, d’autant plus qu’il a été fouillé suivant des méthodes de fouille actuelles. Or, si on le compare à la piscina limaria de Mérida (Fernandez Casado, 1983, p. 545), on peut affirmer qu’il présente des dimensions assez proches mais qu’il est beaucoup plus profond. Le bassin de décantation de Mérida mesure 2,95 m de largeur et 3,40 m de longueur (soit 10,03 m²), pour une hauteur estimée à 3,60 m. L’arrivée de l’aqueduc en amont du bassin se situe à 0,76 m du fond alors que l’arrivée de l’aqueduc en aval se situe à 0,86 m. À Baelo Claudia, le bassin mesure intérieurement, 2,24 m de largeur et 2,52 m de longueur (soit 5,60 m²). La hauteur de la structure est difficile à déterminer mais si l’on se réfère à celle de Mérida, on peut supposer qu’il devait approcher les 3 m de hauteur totale. En revanche, le canal amont se situe à 1,34 m du fond et le canal aval à 0,75 m (état 1 ?) et 1,01 m (état 2 ?) du fond. Par conséquent, la chute d’eau est beaucoup plus importante qu’à Mérida : de fait, l’exemplaire belonien contribue aussi à ralentir le débit de l’eau. De plus, on constate que le canal amont et aval ne sont pas alignés : le canal aval s’oriente vers le sud-ouest. Ce changement de direction participe également au ralentissement de l’eau dans le conduit, à l’image de ce que l’on observe au pied du puits de rupture de pente plus en amont.

Deux états différents ont pu être identifiés pour le canal aval : cela résulte soit de problèmes d’usure (restauration), soit plus probablement de problèmes de réglage de la pente (rehaussement du canal pour un bon nivellement). Enfin, aucun trop-plein n’a été observé mais il devait nécessairement exister un dispositif de sécurité. Par ailleurs, afin de nettoyer les sédiments véhiculés par l’aqueduc, un accès était nécessaire : lucarne en partie haute ou porte. On ignore si comme à Mérida, une fontaine jouxtait l’édifice.

Ainsi, la découverte totalement inédite de ce bassin ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Son existence démontre l’attention portée par les ingénieurs romains au bon fonctionnement général de l’aqueduc, à son nettoyage et aux moyens de remédier aux problèmes de pentes trop abruptes. Il est important pour deux aspects : il se situe à l’intérieur de la ville dans une zone qui devait être occupée par des bâtiments (maisons, ateliers ou autres édifices publics ?) ce qui soulève des questions juridiques (passage des réseaux d’eau dans la ville) et sa découverte démontre que ce quartier de la ville renferme des vestiges encore bien conservés, qui n’étaient encore que soupçonnés jusqu’alors.

Cette structure se situe à la transition d’une nouvelle pente ce qui permet de comprendre une fois encore le choix d’implanter un aménagement hydraulique spécifique, qui correspond à un bassin de décantation ou piscina limaria.

Les nouvelles problématiques de recherche

Cette campagne de fouille sur les réseaux d’eau de Baelo Claudia a fourni de nombreux résultats et a permis de découvrir des structures inédites. L’ensemble de cette opération témoigne d’un bon état de conservation des vestiges archéologiques malgré des perturbations liées au temps, à l’évolution du terrain ou à d’éventuels problèmes sismiques. Elle révèle les précautions prises par les ingénieurs romains pour parer aux problèmes liés aux fortes pentes ou à l’obturation des conduits afin d’assurer la pérennité des réseaux d’eau. Si la fouille du puits de rupture de pente en amont du pont de Churriana sur l’aqueduc de Punta Paloma doit être poursuivie, celle de l’aqueduc de Realillo a été complète. A une 40 m de mètres au sud du puits, le dégagement d’une structure que l’on pensait constituer le prolongement de l’aqueduc s’est avérée être le bassin de décantation de celui-ci à mi-distance entre le puits et le château d’eau. Il s’agit de la première piscina limaria découverte à Baelo Claudia.

En reprenant le positionnement de chaque structure hydraulique ponctuant le parcours de cet aqueduc intra-muros, on constate que chacune d’elle est judicieusement installée au niveau d’une rupture de pente, que ce soit le puits de rupture de pente ou la piscina limaria. Ce travail a en outre permis de comprendre les techniques de construction, le fonctionnement du puits de rupture de pente et de déterminer quelle était la fonction de ce bassin. Il témoigne d’une grande habileté des ingénieurs romains.

En complément, le bassin de décantation – dont le relevé a été effectué en photogrammétrie – fait désormais l’objet d’une restitution en 3D grâce à la collaboration avec le Pôle Humanités numériques du laboratoire AUSONIUS de Bordeaux. A terme, l’objectif est de proposer ce type de restitution à l’ensemble du réseau d’eau de la ville haute.

A l’avenir, il serait donc important d’effectuer des sondages aux abords des structures hydrauliques mises en évidence afin de comprendre l’aménagement urbain de ce quartier. On peut s’interroger sur les rapports qu’entretiennent ces réseaux d’eau à la fois avec la trame urbaine, l’habitat et les espaces publics. En l’état actuel des connaissances, on ignore tout de l’occupation de la ville haute, correspondant à la moitié nord de la trame urbaine. Mais au-delà, il reste encore à étudier l’organisation générale du réseau d’eau dans la ville, notamment les points d’aboutissement des autres aqueducs, et plus globalement le système de distribution d’eau dans la ville romaine (tuyaux, fontaines publiques et privées, thermes…). Toutes ces questions relèvent de l’ingénierie hydraulique romaine dont les composantes sont bien plus complexes que ce qui est généralement envisagé. L’objectif futur est donc aussi d’affiner la chronologie de l’ensemble du réseau. Il s’agit d’axes de recherche à développer à l’avenir.

Bibliographie

Borau L. 2013 : Agua y acueductos romanos a Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz), Actividad Arqueológica de Prospección, Informe preliminar, Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 61 p.

Borau L. 2014 : Agua y acueductos romanos a Baelo Claudia (Tarifa, Cádiz), Actividad Arqueológica de Prospección, Informe. Dirección General de Bienes Culturales, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, 82 p.

Borau L. 2015 : « Difusión de modelos romanos: particularidades técnicas del sistema de abastecimiento de agua a Baelo Claudia » , Archivo Español de Arqueología, 88, p. 149-169.

Borau L. avec la collaboration de C. Mège (accepté): « L’eau dans la fabrique de la ville : état de la recherche à Baelo Claudia », Ouvrage en Hommage à B. Goffaux, Mélanges de la Casa de Velázquez.

Fernández Casado C. 1972: Acueductos romanos en España, Madrid, Instituto Eduardo Torroja, 1 vol.

Fernández Casado C. 1983: Ingeniería hidráulica romana, Madrid, Colegio de Ingenieros de Caminos, Canales y puertos, Ediciones Turner, 674 p.

Paris P. et al. 1923 : Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix).I. La ville et ses dépendances, Paris, De Boccard, 188 p.

Sillières P. 1995 : Baelo Claudia, une cité romaine de Bétique, Collection de la Casa de Velázquez, 51, 235 p.

 

Pour citer ce billet : Laetitia Borau, « L’eau à Baelo Claudia. Rapport 2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 29/12/2016, http://archeocvz.hypotheses.org/983.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *