Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2016

Dans le cadre d’un programme associé à la Casa de Velázquez, une série d’interventions a été réalisée en 2016 sur le site islamique de Las Sillas (Marcén, Huesca, término municipal de Lalueza). Alors que les campagnes de fouilles se sont terminées en 2015, le travail de terrain se résumait cette année à des opérations d’entretien du site afin de réaliser de nouveaux clichés aériens et de procéder au relevé des structures en partie dégagées lors des fouilles menées depuis 2010. Plusieurs anomalies architecturales concernant les abords de la mosquée ont également fait l’objet d’une attention particulière, à commencer par l’absence de minaret. Ce travail post-fouille, auquel il faut ajouter l’étude du mobilier conservé au musée de Huesca, a été réalisé au cours de trois séjours (8-25 avril, 20 juillet-1er août et 10-17 octobre 2016) avec la participation d’étudiants de l’université de Paris IV Sorbonne, Pauline Gaussens et Pablo Brahimi, et d’un archéologue municipal de la ville de Perpignan (Pyrénées Orientales), Laurent Savarese. On ajoutera que plusieurs rencontres furent organisées avec les autorités locales, la Diputación General de Aragón, la Comarca de los Monegros et la municipalité de Lalueza, pour établir les modalités d’entretien, de conservation et de promotion du site. On soulignera encore que plusieurs enseignants de l’université de Saragosse et de Vitoria sont venus rendre visite et encourager l’équipe de recherche dirigée par Philippe Sénac (Paris IV-Sorbonne), Sébastien Gasc (Toulouse-Jean Jaurès) et Jordí Gibert (Autonome de Barcelone).

Fig. 1. — Première ébauche d’un schéma général du site avec indication des UA

Fig. 1. — Première ébauche d’un schéma général du site avec indication des UA

Fig. 2. — Vue partielle de l’UA 78 en cours de nettoyage

Fig. 2. — Vue partielle de l’UA 78 en cours de nettoyage

C’est au cours des campagnes du printemps et de l’été que le travail sur le site a été mené. Une structure située à l’extérieur de la mosquée, contre le mur de qibla, pouvant constituer la base d’un escalier qui permettait l’accès au toit du bâtiment pour l’appel à la prière, a ainsi été nettoyée et relevée. Le reste des opérations de terrain, visant à compléter le plan général de l’habitat, a permis de mettre en évidence la continuité de certaines parois rocheuses dans le prolongement des constructions fouillées depuis 2010 (ilôts I, J et K), confortant ainsi l’idée que l’ensemble de la plate-forme rocheuse avait été occupé. Une nouvelle série de clichés aériens fut ensuite réalisée grâce à l’intervention d’un drone après le nécessaire débroussaillage des zones plus orientales du site. Celui-ci était piloté par Javier Faulo Lasaosa (SCA Drone). Diverses vidéos ont également été réalisées à cette occasion.

Fig. 3. — Photographie aérienne du secteur II (juillet 2016)

Fig. 3. — Photographie aérienne du secteur II (juillet 2016)

L’essentiel des travaux de cette année concernait cependant l’étude du mobilier déposé au musée de Huesca à l’issue de chacune des campagnes. Plusieurs objets ont récemment fait l’objet d’une restauration dans l’optique de la prochaine ouverture d’une salle d’exposition consacrée à la période médiévale et en particulier à la période islamique. La responsable de ces travaux demeure María José Arbués (Diputación General de Aragón).

Fig. 4. — Restauration en cours du mobilier céramique au musée de Huesca

Fig. 4. — Restauration en cours du mobilier céramique au musée de Huesca

L’identification et l’étude de plusieurs outils ont pu être précisées. À titre d’exemple, les caractéristiques du couteau découvert en 2010 dans le comblement d’un canal de l’UA 61 ont été définies (HUM 2010/6126/1) : il mesurait 19cm de long, avec une lame de 9,5 cm, et son manche présentait deux petites excroissances centrales pour maintenir la pièce de bois qui le recouvrait, à l’image d’un manche découvert en 1993 dans le secteur I. Le mobilier métallique était néanmoins dominé par les clous et pointes en fer. Une trentaine a été restaurée mais leur variété de taille et de forme semble interdire toute typologie.

Fig. 5. — Couteau (HUM 2010/6126/1

Fig. 5. — Couteau (HUM 2010/6126/1

Fig. 6. — Exemples de clous et pointes en fer

Fig. 6. — Exemples de clous et pointes en fer

L’étude numismatique a également été complétée. Le corpus de l’ensemble des découvertes regroupe finalement 42 monnaies, dont la majeure partie est constituée de fragments de dirhams frappés au cours de la seconde moitié du XIe siècle par la dynastie arabe des Banū Hūd de Saragosse. À ces monnaies islamiques, il faut ajouter de trois as frappés à Huesca dans la seconde moitié du IIe s. av. J.C. et quelques monnaies chrétiennes des XIIIe-XIVe siècles provenant d’une réoccupation partielle et provisoire du secteur I.

Fig. 7. — As de Bolskan (HUM 1993/36/1922), fragment de dirham de la taifa de Saragosse (HUM 2014/8902/128), obole de Jacques II d’Aragon (HUM 2006/49/1061)

Fig. 7. — As de Bolskan (HUM 1993/36/1922), fragment de dirham de la taifa de Saragosse (HUM 2014/8902/128), obole de Jacques II d’Aragon (HUM 2006/49/1061)

Le reste du mobilier restauré était constitué de pièces céramiques, pour l’essentiel découvertes lors des dernières campagnes, dans la maison K. Le mobilier exhumé dans cet espace se distinguait en effet par la forte proportion de formes complètes, en particulier pour les céramiques à pâte claire et à pâte glaçurée. Nombreuses dans la partie occidentale du site fouillée depuis 2013, plusieurs petites bouteilles, ou redomas, avaient ainsi été mises au jour.

Fig. 8. — Redomas découvertes dans l’ilôt K (HUM 2015/8308/211 ; HUM 2015/8610/1-22 et HUM 2015/8408/1-23)

Fig. 8. — Redomas découvertes dans l’ilôt K (HUM 2015/8308/211 ; HUM 2015/8610/1-22 et HUM 2015/8408/1-23)

Fig. 9. — Marmite vernissée (HUM 2015/8205/1-35)

Fig. 9. — Marmite vernissée (HUM 2015/8205/1-35)

Bien qu’aucune intervention n’ait été menée en 2016, le nettoyage superficiel réalisé sur le terrain a permis d’observer que les murs et les parois rocheuses des constructions mises au jour entre 2010 et 2015 se prolongeaient en dehors de la zone fouillée. Certains de ces bâtiments s’étendaient davantage en direction du sud (ilôt J), du nord (ilôt K) ou en direction de la mosquée (ilôt G). La fouille des structures alors partiellement visibles pourraient apporter de nouvelles informations sur l’organisation spatiale du site et le rôle tenu dans celle-ci par la mosquée.

Parallèlement à ces activités, une attention particulière a été accordée à l’étude du mobilier lithique (en particulier au grand nombre de meules découvertes sur le site) et surtout au regroupement des données chronologiques fournies par le 14C. La détermination réalisée sur une vingtaine d’échantillons tels que fragments de mortier, restes de solives ou fragments de bois calcinés avait été menée par plusieurs centres de recherche tels que le laboratoire de l’université de Gröningen (Centre for Isotope Research), le centre Archeolabs et le laboratoire polonais de l’université de Poznan (Poznan radiocarbon laboratory). L’ensemble des résultats obtenus permet de fixer définitivement la fondation des lieux vers le milieu du Xe siècle, c’est-à-dire à l’époque du calife ‘Abd al-Rahmân III al-Nâsir (929-961) et de la domination des Banû Tudjîb dans la Marche Supérieure d’al-Andalus, même si Huesca et ses environs semblent avoir encore été soumis au pouvoir du lignage muwallad des Banû al-Tawîl. Conformément aux données fournies par le mobilier céramique et les monnaies mises au jour, tous les autres échantillons prélevés dans le secteur II permettent de fixer l’occupation du site tout au long du XIe siècle, avec une période de fréquentation maximale au cours de la seconde moitié du XIe siècle. Les résultats de ces analyses indiquent encore que les premiers aménagements du secteur II se produisirent au cours du Xe siècle et qu’ils sont contemporains de la fondation de la mosquée.

Fig. 10. — Résultats des datations au 14C

Fig. 10. — Résultats des datations au 14C

Une fois les dernières restaurations achevées, il ne restera plus l’an prochain qu’à procéder à l’étude mobilier céramique afin de mettre en valeur des évolutions au cours des Xe et XIe siècles, même si le répertoire morphologique ne semble guère avoir subi de bouleversements tout au long cette période. Cette étude sera menée en comparaison avec le mobilier découvert sur les principaux sites de la vallée de l’Ebre, en particulier avec les fouilles menées ces dernières années à Huesca, Saragosse et Lérida, afin de mettre en évidence des similitudes. Enfin, à la suite des données carpologiques en partie fournies par Jérome Ros (UMR 7209 -MNHN-CNRS-SU), il sera possible de dresser un état définitif de l’alimentation et des activités des occupants des lieux.

Pour citer ce billet : Philippe Sénac, Sébastien Gasc et José Miguel Pesqué Lecina, « Las Sillas (Marcén, Huesca). Rapport 2016 », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 21/12/2016, http://archeocvz.hypotheses.org/956.

Philippe Sénac, Sébastien Gasc et José Miguel Pesqué Lecina

Philippe Sénac (Université Paris 4), Sébastien Gasc (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid) et José Miguel Pesqué Lecina (Departamento de Cultura de la Diputación Provincial de Huesca)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *