Actualités et bilan hiver-printemps 2017 du programme OLEASTRO

Diffusion et publication des résultats

Outre les recherches de terrain dont les résultats inédits sont présentés ci-dessous, plusieurs membres de l’équipe OLEASTRO ont participé, les 20 et 21 février, au workshop international de Barcelone Quantification in classical archaeology. Objects, méthodologies and aims, organisé dans le cadre de l’ERC EP-NET par le professeur J. Remesal et son équipe. Deux communications dont les manuscrits ont été déposés au mois d’avril ont concerné les aspects méthodologiques des recherches sur les ateliers et les fours à amphores Dr. 20 :

  • Ch. Carrato, O. Tiago, S. Mauné, E. García Vargas, O. Bourgeon et Ph. Lanos, Sobre la capacidad de carga de los hornos romanos de ánforas: balance metodológico y reflexiones a partir de un horno de Dressel 20 del alfar de Las Delicias (Écija, Sevilla).
  • S. Corbeel, Q. Desbonnets, I. González Tobar, S. Mauné, Que compte-t-on et comment sur les ateliers d’amphores à huile Dr. 20 de la vallée du Guadalquivir (Andalousie, Espagne) ?

Les recherches sur les fours à amphores d’époque romaine de la péninsule Ibérique ont été approfondies par Ophélie Tiago dans le cadre d’un mémoire de Master 2 d’Archéologie à l’université Paul Valéry-Montpellier 3 soutenu le 9 juin. Les plans de 176 fours provenant des fouilles réalisées sur 105 ateliers ont été normalisés et une première réflexion a été menée sur leur forme, leur architecture et leurs capacités de production.

Plusieurs doctorants ont par ailleurs présenté les résultats de leurs recherches récentes au Congrès international de la Société française d’étude de la céramique antique en Gaule (SFECAG) qui s’est tenu à Narbonne (Aude), du 25 au 28 mai :

  • C. Dubler, Les importations d’amphores Dr. 20 en Germanie supérieure. L’exemple de la colonie romaine d’Augst/Augusta Raurica.
  • Q. Desbonnets, I. González Tobar, La production de dolia d’époque romaine dans la vallée du Guadalquivir.

Enfin, un article présentant de façon exhaustive les données relatives à l’atelier inédit de Fuente de los Peces a été soumis et accepté pour publication dans les Mélanges de la Casa de Velázquez 2017-2 :

  • González Tobar, S. Mauné, Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes à Fuente de los Peces (Fuente Palmera, province de Cordoue).

Les missions de terrain

La mission Guadalquivir 3 s’est déroulée entre le 13 février et le 19 mars 2017. Elle a été financée par le LabEx Archimede, la Casa de Velázquez et l’université de La Rochelle dans le cadre du programme OLEASTRO qui rassemble une quinzaine de chercheurs et doctorants espagnols et français. Deux équipes ont exploré pendant cinq semaines la vallée du Guadalquivir, entre Cordoue et Séville, afin d’alimenter les travaux de recherche en cours. Ces recherches complètent et enrichissent celles réalisées notamment par G. Bonsor à la fin du XIXe s. et par M. Ponchish dans les années 1970/1980.

Les résultats des recherches dans la zone de Cordoue

Sur le territoire du Conventus Cordubensis, dans la zone qui s’étend de part et d’autre du Guadalquivir, entre Palma del Rio et Cordoue, la mission a été coordonnée par Iván González Tobar, doctorant des universités de Montpellier 3 et de Cordoue. Elle avait pour but de localiser précisément, grâce à des prospections électromagnétiques ciblées, des fours à amphores à huile sur un certain nombre d’ateliers déjà prospectés, et de réaliser des prospections pédestres sur les ateliers d’amphores connus qui n’avaient pas été traités lors de la mission de l’automne 2016. L’objectif était aussi d’explorer les villae situées aux abords du fleuve et susceptibles d’avoir produit également des amphores. Quelques incursions dans la vallée du Tamujar, affluent du Guadalquivir, étaient également prévues, cette zone ayant révélé en octobre 2016 de très grandes potentialités scientifiques avec en particulier la découverte d’un atelier de Dr. 20 d’époque augusto-tibérienne (article à paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez 2017-2).

Un total de 20 sites a été prospecté : 7 ont fait l’objet de prospections géophysiques et 13 ont fait l’objet de prospections pédestres, dont 11 sont assurément des ateliers d’amphores à huile, 4 pouvant être considérés comme de nouveaux ateliers. 187 timbres ont été ramassés, dont 10 sont inédits dans le répertoire des estampilles sur Dr. 20. Par ailleurs, 5 timbres uniquement connus en contexte de consommation ont pu être rattachés à un lieu de production. Une centaine de timbres a par ailleurs été récupérée dans deux collections privées appartenant à D. García Arrabal et J. Vázquez, qu’il convient de remercier pour leur collaboration.

La première semaine a été consacrée aux prospections géophysiques (fig. 1), réalisées en partenariat avec l’UMR 7266 de l’université de La Rochelle par François Levêque (MCF en Archéométrie) et Kevin Combe (doctorant). Un total de 7 ateliers de production a été prospecté et une quinzaine de fours a pu être localisée. Le rapport final est en cours de traitement, mais il est déjà possible de livrer quelques résultats préliminaires.

Fig. 1 —Prospections géophysiques sur l’atelier d’El Mohino (Palma del Río), sur la rive gauche du Guadalquivir, avec en arrière-plan, le rebord de la zone de plateaux et de collines de la Campiña. Doc. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 1 — Prospections géophysiques sur l’atelier d’El Mohino (Palma del Río), sur la rive gauche du Guadalquivir, avec en arrière-plan le rebord de la zone de plateaux et de collines de la Campiña. Doc. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

Sur le site de Villacisneros (Hornachuelos), la prospection électromagnétique n’a pas révélé de four mais au moins un grand bâtiment a été détecté. À Encinarejo Bajo (Hornachuelos), au moins deux fours ont été localisés. Malheureusement, ils semblent avoir été en partie détruits par le passage d’une canalisation métallique de fort diamètre. Sur le site de Fuente de los Peces (Fuente Palmera), les résultats permettent d’entrevoir un vaste dépotoir d’amphores augustéennes, visible aussi en surface et qui pourrait recouvrir des fours. À Soto del Rey (Fuente Palmera), un atelier d’amphores Dr. 23 (Ve s. ap. J.-C.) avec une batterie de peut-être trois fours est localisé dans une oliveraie; l’un des trois fours semble bien conservé. Deux jours ont été nécessaires au traitement du complexe polynucléaire d’El Mohino (Palma del Río), où avaient été identifiés en 2016, lors des prospections pédestres, trois zones de production distinctes. La parcelle de 12 ha au sein de laquelle se trouvent les trois sites a été presque entièrement prospectée. Une première batterie de 4 fours est localisée dans l’emprise d’El Mohino 1 et une deuxième, également de 4 fours, se trouve à El Mohino 3. Entre ces deux zones, pourraient se trouver deux autres fours. Plus loin mais toujours au sein de la dispersion de mobiliers antiques de Mohino 3 un dernier four, isolé, a été localisé aux abords de la route. À El Mohino 2, aucun four n’a été localisé mais au moins deux constructions quadrangulaires ont été détectées. C’est probablement ce complexe qui fera l’objet de fouilles en 2018 en raison de ses grandes potentialités.

Les quatre semaines restantes ont été ensuite consacrées à la prospection pédestre. Plusieurs ateliers qui présentaient des difficultés d’analyse des résultats ont d’abord été revus et des observations complémentaires ont permis de répondre à un certain nombre d’interrogations.

À Umbría de Moratalla (Fuente Palmera), on a pu déterminer que la phase la plus précoce de l’atelier (30-50 ap. J.-C.), se situait dans le quartier méridional de l’atelier. Quelques timbres inédits ont par ailleurs  été retrouvés sur des anses de morphologie julio-claudienne, ce qui confirme l’ancienneté de cet atelier qui, jusqu’à présent, était seulement daté de l’époque flavienne et du premier quart du IIe s.

Sur le site de Villaseca 2 (Almodóvar del Río), à côté de l’atelier récemment détruit de Villaseca 1, les vestiges d’une villa avec pars urbana ont été reconnus. La présence de rebuts de cuisson et l’abondance des fragments d’amphores semblent indiquer la présence d’un ou plusieurs fours excentrés.

À El Rodriguillo (Almodóvar del Río), à l’emplacement de la figlina Asuleiane(n)se, a été réalisée une prospection des parcelles environnantes dans le but de vérifier que les vestiges antiques ne s’étendaient pas plus largement que ce qui avait été signalé jusqu’à présent. Les travaux de nivellement agricoles ont malheureusement endommagé trop fortement le secteur pour que l’on puisse déterminer l’emprise précise de l’atelier. Cependant, la période de production de cette figlina, auparavant datée du IIIe s., a pu être remontée à la deuxième moitié du Ier s.

Par ailleurs, les membres de l’association ADIPHA nous ont signalé que les pluies hivernales avaient entrainé l’effondrement partiel d’un talus de l’ancienne rive du fleuve, sur le site de Corregidora (Hornachuelos). Plusieurs cols complets d’amphores du IIe s. ont pu être récupérés (fig. 2).

Fig. 2 — Amphores Dr. 20 du IIe s. de l’atelier de Corregidora (Hornachuelos). Doc. I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Enfin, la prospection de trois importants sites de production d’amphores a permis de terminer l’étude de la totalité des centres de production connus. À Isla de la Jurada (Palma del Río), la présence du blé a gêné les ramassages, mais la production d’amphores a été confirmée. À Villacisneros (Hornachuelos), une énorme quantité de fragments d’amphores, de tuiles et de fours était mêlée aux débris d’une grande villa (plaques et moulures en marbre, fragments de mosaïques). Une centaine de timbres sur anse attestent la production d’amphores, mais aussi de dolia, briques et tuiles. Enfin, sur le site de Mingaóbez (Posadas), l’antique figlina Marsiane(n)se, la prospection a permis de délimiter trois zones de production distinctes (fig. 3). L’existence de ces concentrations a été confirmée grâce à 19 tests de ramassage alignés traversant les trois zones. Une cinquantaine de timbres et plus de 100 bords d’amphore montrent que ces trois zones semblent avoir fonctionné simultanément, pendant l’époque flavienne et puis au IIIe s. ap. J.-C.

Fig. 3 — Vue zénithale aérienne de l’atelier de Mingaóbez (Posadas). Doc. V. Lauras et I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 3 — Vue zénithale aérienne de l’atelier de Mingaóbez (Posadas). Doc. V. Lauras et I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Deux nouveaux centres de production ont par ailleurs été découverts sur la berge du Guadalquivir. Corregidora 2 (Hornachuelos) semble avoir constitué une annexe de l’atelier de Corregidora entre le milieu du IIe s. et le début du IIIe, et se trouve à 700 m de ce dernier. Le site de Villacisneros 2 (Hornachuelos), situé à 1 km de Villacisneros 1 en direction du fleuve, semble également avoir constitué une annexe que sa position à proximité immédiate du Guadalquivir pourrait aussi désigner comme un embarcadère commercial. Par ailleurs, à Casablanca Oeste (Hornachuelos), et malgré la mauvaise conservation du site, on a pu identifier les vestiges d’un atelier d’amphores d’époque julio-claudienne. Cette découverte comble le hiatus existant entre l’époque augustéenne et le démarrage de la plupart des ateliers de ce secteur, vers 50-70 ap. J.-C.

Fig. 4 — Prospections pédestres sur l’atelier de Mesa de los Carneriles (Hornachuelos). Doc. I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 4 — Prospections pédestres sur l’atelier de Mesa de los Carneriles (Hornachuelos). Doc. I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Les incursions à l’intérieur des terres ont été limitées mais très fructueuses. L’atelier d’amphores à huile précoces d’époque augustéenne de Fuente de los Peces  n’est plus un atelier isolé, mais l’un des pôles d’une zone de production qui s’articulerait autour de la Vallée du Tamujar, affluent du Guadalquivir. Le site de Carneriles 1 (Hornachuelos) (fig. 4), parfaitement inédit et situé à environ 1,5 km de Fuente de los Peces, constitue un deuxième atelier de production d’amphores à huile, fonctionnant au moins jusqu’aux années 20 ap. J.-C. Ici, la production a concerné des amphores à huile proches du type Haltern 71/ Dr. 20 précoces, et semble avoir été de courte durée. Il semble bien s’agir d’une annexe de Fuente de Los Peces comme l’indique le timbre « MR » présent sur plusieurs bords. Sur l’établissement rural de Mesa de los Carneriles (Hornachuelos), proche du hameau de Villalón, la majorité du matériel est datable de l’époque préromaine. Cette datation haute confirme la précocité et l’intensité de l’occupation de cette zone. Par ailleurs, sur le site parfaitement inédit d’El Bombo (Hornachuelos), collé au village actuel d’Ochavillo del Río, une production amphorique un plus ancienne est peut-être envisageable : un bord d’amphore de type « ovoïde » a été retrouvé mêlé à d’autres fragments d’amphores à huile Haltern 71. Au sein de ce site de taille réduite, une zone d’habitat avec une majorité de fragments de tuiles et briques, et une autre zone, où les panses d’amphores précoces sont présentes en assez grand nombre ont pu être identifiées. Ces données convergent et indiquent que ce secteur de quelques km2 fut très actif dans la production d’huile et d’amphore dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. et jusque dans les années 20/30 ap. J.-C. (fig. 5). La question reste posée de l’élément déclencheur de ce phénomène qui semble bien circonscrit.

Fig. 5 — Localisation des ateliers d’amphores du bassin versant du Tamujar. Doc. I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 5 — Localisation des ateliers d’amphores du bassin versant du Tamujar. Doc. I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2017.

Enfin, le programme de recherche a pu profiter de prospections aériennes thermiques réalisées par un drone appartenant à la société Airdronebuilder (http://airdronevision.es/), qui a souhaité réaliser avec OLEASTRO des actions destinées à améliorer, par des applications pratiques, ses méthodes d’acquisitions de données. Deux sites ont bénéficié de ces prospections aériennes dont les résultats sont en cours de traitement. À Villacisneros (Hornachuelos), l’objectif était de préciser l’ampleur et les caractéristiques d’un microrelief en creux situé aux abords du site. D’une extension d’un demi-hectare, cette anomalie pourrait être le négatif laissé par une carrière d’argile. La présence de cette matière première expliquerait ainsi la raison d’implantation de cet atelier, éloigné de la rive du fleuve. À El Sotillo (Almodóvar del Río), la rivière du même nom a mis à nu sur plus de 80 m, un écorché d’une vaste zone de dépotoirs de l’atelier. Un relevé 3D de ces vestiges situés au sommet de la falaise créée par l’érosion a été réalisé. Le but de ce relevé est de calculer le volume des dépotoirs emportés par le ruisseau, et de faciliter l’analyse en coupe des vestiges datés actuellement visibles sur une hauteur de 4 mètres.

La dernière semaine de mission, a été organisée une journée « Portes ouvertes » destinée à la diffusion vers le grand public des résultats des recherches archéologiques du programme OLEASTRO. Une cinquantaine d’enfants de l’école municipale d’Ochavillo a bénéficié d’une présentation détaillée des connaissances sur les ateliers d’amphores à huile (http://www.fuentepalmerainformacion.es/ochavillo-del-rio/item/1141-la-economia-de-la-antigua-roma-objeto-de-investigacion-en-ochavillo-del-rio) Cette visite a été très bien perçue par la municipalité et l’école, qui a décidé de dédier la semaine culturelle de l’année à l’archéologie et à l’histoire.

Enfin, la mission a permis de former aux méthodes de prospection et d’analyse, un groupe de 7 étudiants, venus des universités de Montpellier (M1 et M2), Séville (M2), Cadix (M2) et Genève (M2), ce qui a suscité de nombreux échanges scientifiques et linguistiques au sein de la mission. Par ailleurs l’équipe au complet a pu profiter de la présence de Piero Berni Millet, spécialiste de l’épigraphie amphorique et membre associé de l’ICAC de Tarragone et de l’UMR 5140 ASM-Montpellier, qui a fait bénéficier les membres de la mission de son expertise.

Les résultats des recherches dans la zone de Séville

Dans le territoire du Conventus Hispalensis, les recherches coordonnées par Q. Desbonnets (doctorant des universités de Montpellier 3 et de Séville), avec la collaboration de Corinne Dubler (doctorante des universités de Montpellier et de Fribourg), ont porté sur la partie aval du Guadalquivir, située entre Lora del Río et Brenes où une quinzaine d’ateliers étaient répertoriée grâce aux recherches de G. Bonsor et de M. Ponchich. Seule une dizaine de sites a pu être prospectée en raison des clôtures qui entourent certains ateliers, mais des recherches ont également été réalisées sur une dizaine d’autres gisements, considérés comme de simples villae ou établissements ruraux par nos prédécesseurs. Le résumé des découvertes effectuées sur trois des sites prospectés illustre les apports de cette mission réalisée par des doctorants et étudiants de Master de l’université Montpellier 3 pendant 5 semaines.

Sur l’atelier d’El Judío (Lora del Río) où étaient signalés par M. Ponsich, sans plus de précision, un atelier d’amphores, une zone d’habitat ainsi qu’une huilerie, les prospections ont permis de préciser la surface du site couvrant environ 6 ha qui appartient à la catégorie des grands centres de production. Initialement daté entre le milieu du IIe s et le IIIe s. ap. J.-C. par les timbres qu’il avait livré, l’atelier est en réalité actif entre les années 30 ap. J.-C. et le Ve s., comme le montre le très abondant corpus de bords d’amphores Dr. 20 et Dr. 23 ramassés lors des prospections de surface. On se trouve ici dans une zone de forte densité d’ateliers de grande taille, à occupation longue (fig. 6).

Fig. 6 — Vue aérienne prise du sud-ouest des ateliers de la zone Azanaque/El Judío (Lora del Río) sur la rive gauche du Guadalquivir. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 6 — Vue aérienne prise du sud-ouest des ateliers de la zone Azanaque/El Judío (Lora del Río) sur la rive gauche du Guadalquivir. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

L’atelier de Villar Tesoro (Carmona) est implanté sur la rive droite du río Corbones, non loin de sa confluence actuelle avec le Guadalquivir, il a été découvert par G. Bonsor à la fin du XIXe siècle. Sur l’autre rive, à l’emplacement de l’actuelle Hacienda de Real Tesoro, M. Ponsish a signalé en 1974, une villa. Les prospections à Villar Tesoro ont permis de distinguer deux zones appartenant à un même complexe, la première correspondant à un habitat et la seconde à l’atelier (fig. 7). Ce dernier se situe le long de la rive droite du Corbones où, sur une surface de 1,1 ha, de nombreux fragments de Dr. 20 et de bassines ont été collectés ainsi que des timbres. Les timbres recueillis jusqu’à présent (cf. thèse P. Berni) couvraient une fourchette chronologique comprise entre la fin du Ier s. et le IIIe s. ap. J.-C. Les bords d’amphores Dr. 20 ramassés confirment pleinement cette datation mais quelques bords de Dr. 23 suggèrent que l’atelier a pu poursuivre son activité jusqu’au Ve s. La zone d’habitat, d’environ 3 ha, a livré une quantité importante de fragments de marbre et d’éléments en terre cuite appartenant à des thermes. Ces éléments permettent de localiser une riche pars urbana où abondent les fragments de marbre et confirment la présence d’une villa de taille importante. Des tuiles décorées habituellement rattachées à la période wisigothique ont été également observées et font écho à un lot de sigillées claire D tunisienne dont la datation couvre le Ve s. et une partie du VIe s.

Fig. 7 — Vue aérienne prise de l’Est du complexe domanial de Villar Tesoro (Carmona) sur la rive droite du río Corbones. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 7 — Vue aérienne, prise depuis l’est, du complexe domanial de Villar Tesoro (Carmona) sur la rive droite du río Corbones. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

Les premières découvertes sur le site de Torrecillas (Alcolea del Río) (fig. 8) sont recensées à la fin du XIXe s. par. G. Bonsor et W. G. Clark-Maxwell. Des murs en élévation sont alors interprétés par les chercheurs britanniques comme les restes de thermes ou d’un aqueduc. Dans sa notice de 1974, M. Ponsich décrit une riche villa qui aurait livré des chapiteaux corinthiens, des colonnes de marbre ainsi que des blocs en grand appareil. Les photographies aériennes datées de 1977 et de 1983 témoignent de l’existence d’un cortijo sur le site où se trouvent les vestiges. Lors des prospections de 2017, le matériel est apparu très dispersé et le site, qui couvre environ 1,9 ha, a été nivelé. La destruction du cortijo dans les années 1980 a probablement accéléré sa disparition. La prospection systématique et très resserrée a permis de ramasser des bords, anses, fonds de Dr. 20 (en faible quantité) ainsi que des bords et des fonds de bassines. Leur présence, associée à des surcuits de panse, indique, selon toute vraisemblance, la présence d’un petit atelier domanial. La découverte d’un peu moins d’une dizaine de timbres sur Dr. 20 semble confirmer cette hypothèse. Quelques bords de Dr. 23 ont également été ramassés. Les bords d’amphores Dr. 20 livrent une datation comprise entre la fin du Ier/déb. IIe et le IIIe s. ap. J.-C. De très nombreux fragments de céramique africaine ainsi que de la sigillée claire A, C et D ont été recueillis permettant de dater l’occupation du site du IIe jusqu’au VIe ap. J.-C.

Fig. 8 — Vue aérienne prise de l’Est du complexe domanial de Torrecillas (Alcolea del Río) sur la rive droite du Guadalquivir. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

Fig. 8 — Vue aérienne, prise de l’est, du complexe domanial de Torrecillas (Alcolea del Río) sur la rive droite du Guadalquivir. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2017.

 

Pour citer ce billet : Stéphane Mauné, Quentin Desbonnets, Iván González Tobar et Enrique García Vargas, « Actualités et bilan hiver-printemps 2017 du programme OLEASTRO », Archéo-CVZ. Carnet des fouilles archéologiques de la Casa de Velázquez, mis en ligne le 28/06/2017, http://archeocvz.hypotheses.org/1176.

Stéphane Mauné, Quentin Desbonnets, Iván González Tobar et Enrique García Vargas

Stéphane Mauné (CNRS / UMR 5140, ASM/LabEx Archimede, Montpellier), Quentin Desbonnets (Universités de Montpellier 3 et se Séville/LabEx Archimede), Ivan Gonzalez Tobar (Universités de Montpellier 3 et de Cordoue/LabEx Archimede) et Enrique Garcia Vargas (Universidad de Sevilla/LabEx Archimede)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *