Prix Serge Lancel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour Rirha : site antique et médiéval du Maroc

Après avoir distingué en 2015 le chantier de fouilles soutenu par la Casa de Velázquez à Îgîlîz (Maroc) en lui attribuant le prix de la Fondation Simone et Cino Del Duca, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, via sa commission du prix Serge Lancel, lors de sa séance du vendredi 31 mars 2017, a décerné son prix à MM. Laurent Callegarin, Mohamed Kbiri Alaoui, Abdelfattah Ichkhakh et Jean-Claude Roux pour leur ouvrage en 4 volumes consacré à Rirha : site antique et médiéval du Maroc. Cet ouvrage monographique a été publié en 2016 dans la Collection de la Casa de Velázquez (n° 150 à 153).
Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVe siècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. I: cadre historique et géographique général
2016 | 182 p. | 21 x 29,7 cms. | Collection de la Casa de Velázquez 150

Le premier volume présente un historique des fouilles et des études complémentaires d’archéologie environnementale, menées par une équipe maroco-française depuis 2004. Celles-ci renseignent sur les pratiques des sociétés historiques et sur leur environnement. Les recherches géomorphologiques ont précisé la paléotopographie du gisement ; les analyses palynologiques, anthracologiques et carpologiques, mettent en évidence les réalités d’une plaine occupée par des marais et des bosquets ripisylves, d’où émergent des cultures céréalières et fruitières dès l’époque maurétanienne ; tandis que l’étude de la faune souligne l’évolution des pratiques associant chasse et produits de l’élevage.

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II : période maurétanienne (Ve siècle av. J.-C. – 40 ap. J.-C.)
2016 | 218 p. | 21 x 29,7 cms. | Collection de la Casa de Velázquez 151

À la période dite maurétanienne, une trame urbaine naissante, de nombreuses structures bâties en brique crue, la présence d’une activité potière et d’artefacts de qualité (céramiques importées et locales, objets en ivoire ou en coquille d’autruche, monnaies massyles et maurétaniennes) militent en faveur d’une agglomération parfaitement connectée avec les réseaux d’échanges méditerranéens et, de façon plus privilégiée, avec la région du détroit de Gibraltar. C’est aux alentours du changement d’ère chrétienne, avant même la conquête claudienne de 41-42 ap. J.-C., que Rirha adopte plusieurs signes de la romanité.

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III : période romaine (40 ap. J.-C. – fin du IIIe s. ap. J.-C.)
2016 | 278 p. | 21 x 29,7 cms. | Collection de la Casa de Velázquez 152

Mieux documenté, le site de Rirha à l’époque romaine est un centre urbain qui possède une partie des composantes de la panoplie des agglomérations romaines (domus, rues, enceinte, thermes, égouts…). Les chantiers archéologiques permettent d’envisager une distribution spatiale réfléchie des hommes et des activités. Ainsi, l’austérité du bâti exhumé dans le Secteur du Tell, davantage lié à l’activité commerciale en lien avec le cours d’eau, contraste avec le raffinement des domus accolées au rempart. Malgré l’ignorance de son nom antique et de son statut civique, Rirha constitue néanmoins un jalon supplémentaire à la connaissance du monde des cités du Maroc antique.

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. IV : période médiévale islamique (IXe-XVe s.)
2016 | 170 p. | 21 x 29,7 cms. | Collection de la Casa de Velázquez 153

Datée au plus tôt du IXe siècle ap. J.-C., une nouvelle occupation des lieux se signale par un changement radical des formes céramiques et des habitudes de consommation. Les vestiges archéologiques attestent l’existence d’une agglomération islamique au moins contemporaine du règne d’Idris II (791-829 de l’ère chrétienne), qui possède des liens avec les Omeyyades d’al-Andalus. Son acmé se situe à la période mérinide (1244-1472), avec la récupération de la trame urbaine romaine, l’extension de l’habitat, le remploi de structures bâties antiques et l’installation de nombreux fours de potiers. Rirha peut être ainsi considérée comme un cas supplémentaire d’établissement, certes modeste, qui participe à la « renaissance » de la ville au haut Moyen Âge.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *