Projet OLEASTRO. Rapport 2016

Stéphane Mauné (CNRS / UMR 5140, ASM/LabEx Archimede, Montpellier), Quentin Desbonnets (Universités de Montpellier 3 et se Séville/LabEx Archimede), Ivan Gonzalez Tobar (Universités de Montpellier 3 et de Cordoue/LabEx Archimede), Oriane Bourgeon (Casa de Velázquez/LabEx Archimede) et Enrique Garcia Vargas (Universidad de Sevilla/LabEx Archimede)


En 2016, deux missions financées par le LabEx Archimede et la Casa de Velázquez, ont été organisées, dans le cadre du programme OLEASTRO pour traiter les ateliers de Dr. 20/Dr. 23 à huile de la zone de Séville et de Cordoue. Rappelons qu’il s’agit, dans le cadre de ce programme, de reprendre la totalité des informations disponibles sur les ateliers d’amphores de cette zone mais surtout de réaliser pour chacun d’entre eux, à partir de nouvelles données acquises sur le terrain, une notice exhaustive permettant :

  1. de préciser la topographie et l’extension des vestiges visibles en surface
  2. d’échantillonner et de caractériser les productions céramiques
  3. de dater à partir des mobiliers collectés, la ou les périodes de production.

Concernant en effet ce dernier point, il est nécessaire de préciser que la centaine d’ateliers connue (Guadalquivir et Genil) ne bénéficie que de chronologies incomplètes, dressées à partir des timbres trouvés sur les sites de consommation des Dr. 20. Enfin, il faut rappeler que ces données alimentent deux thèses en cours (Quentin Desbonnets et Ivan González Tobar) en cotutelle avec les universités de Séville (E. Garcia Vargas) et de Cordoue (E. Melchor Gil) qui portent respectivement sur les conventus d’Hispalis et de Cordoba.

La première mission s’est déroulée du 15 février au 15 mars et a été entièrement consacrée au conventus d’Hispalis/Séville. Elle a été réalisée par un groupe de 8 étudiants/doctorants de l’Université de Montpellier sous la dir. de Q. Desbonnets (doctorant Montpellier-Séville). Cette mission avait pour objectif de traiter les ateliers et huileries situés dans la zone de Palma del Rio/Lora del Rio.

La seconde mission s’est déroulée du 9 septembre au 10 novembre et a concerné les deux conventus d’Hispalis et de Cordoba. Elle a été coordonnée par I. González Tobar, Q. Desbonnets, S. Mauné et E. Garcia Vargas. La première semaine a été consacrée aux prospections magnétiques (F. Lévêque et A. Camus, Université de La Rochelle) dans le secteur Palma del Río/Lora del Río ainsi qu’à des prospections pédestres dans le secteur de Palma del Río/Posadas ; les quatre semaines suivantes à des prospections pédestres dans les deux conventus. Ces activités ont nécessité la présence de 6 à 10 personnes (étudiants français et espagnols ; chercheurs) pour des durées variables.

Les résultats des prospections pédestres dans la zone de Séville

Au total, ce sont 42 sites dont 23 ateliers d’amphores et 19 établissements ruraux ou villae et qui ont été prospectés finement et de façon exhaustive (fig. 1). Les recherches ont permis de clore les prospections pédestres entre les villes de Peñaflor et Lora del Río et de confirmer l’existence d’un nombre important d’ateliers d’amphores Dr. 20 sur les deux rives du Guadalquivir.

Fig. 1 — Répartition des ateliers d’amphores à huile et établissements ruraux traités en 2016 entre Palma del Río et Lora del Río. Doc. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 1 — Répartition des ateliers d’amphores à huile et établissements ruraux traités en 2016 entre Palma del Río et Lora del Río. Doc. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Dans le secteur de la Campiña, situé au sud de Palma del Río, deux ateliers d’amphores Dr. 20 sont désormais connus : Cortijo del Marchante (Lora del Río) (fig. 2) dont le statut de centre de production était mal documenté ainsi que Masa Verde (La Campana) qui est totalement inédit, ce qui constitue une grande nouveauté puisque l’on se trouve ici dans un secteur assez éloigné du Guadalquivir. La découverte de cet atelier revêt une grande importance car il semble n’avoir fonctionné que pendant deux générations et indique selon nous l’existence potentielle d’autres centres de production de ce type. On tient peut-être là un élément de réflexion central pour comprendre pourquoi tant de timbres sur Dr. 20, en particulier ceux du Ier s., ne sont pas encore attribués à un atelier : ils pourraient en effet provenir de petits ateliers n’ayant fonctionné que peu de temps, difficiles à reconnaître sur le terrain et éloignés du Guadalquivir.

Fig. 2 — Vue aérienne, prise du sud, de l’atelier du Cortijo del Marchante (Lora del Río). Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 2 — Vue aérienne, prise du sud, de l’atelier du Cortijo del Marchante (Lora del Río). Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Par ailleurs, la mise en perspective des nouvelles chronologies attribuées aux ateliers confirme l’importance de la place occupée par le Ier s. dans l’essor de la production de Dr. 20. En effet, sur les 23 ateliers traités, 5 restent à dater finement et 11 sur les 18 restants démarrent dans les années 30 ap. J.-C. C’est par exemple le cas de l’atelier de Madre Vieja (Lora del Río), installé en bordure de l’ancien lit du Guadalquivir et associé à une villa, qui a fonctionné entre les années 30 et 150 ap. J.-C. (fig. 3).

Fig. 3 — Vue aérienne, prise du sud —ouest, de l’atelier de Madre Vieja (Lora del Río) avec l’ancien lit du Guadalquivir. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 3 — Vue aérienne, prise du sud—ouest, de l’atelier de Madre Vieja (Lora del Río) avec l’ancien lit du Guadalquivir. Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Ces nouvelles datations invitent donc à reconsidérer totalement la question de l’essor de l’oléiculture dans ce secteur car la plupart de ces ateliers étaient jusqu’à présent considérés comme flaviens, voire du IIe s. Quatre centres de production de Dr. 23 du Bas-Empire ont également été identifiés ce qui est relativement peu si l’on considère qu’à elle seule, la basse vallée du Genil en a livré 17 (thèse O. Bourgeon). Enfin, il est à noter que la plupart des ateliers ont des durées de fonctionnement longue à très longue : 7 sont en activité pendant plus d’un siècle et 7 autres pendant plus de 2 siècles comme le complexe de La María (Lora del Río) (fig. 4). Les 4 ateliers restants ne fonctionnant que pendant une à trois générations. Cette observation confirme que les recherches anciennes ont surtout identifié les grands ateliers, dont la taille est à mettre en relation avec leur longue durée de fonctionnement.

Fig. 4 — Vue aérienne, prise du sud —est, de l’atelier de La María (Lora del Río). Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 4 — Vue aérienne, prise du sud —est, de l’atelier de La María (Lora del Río). Doc. V. Lauras et Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

On a également beaucoup progressé sur le statut des ateliers en précisant leurs liens avec le réseau des villae et des agglomérations secondaires. Il apparaît ainsi que la moitié des ateliers est associée topographiquement à de riches villae et s’inscrit donc dans un cadre domanial affirmé. D’autres ateliers semblent correspondre à des fabriques isolées dont il est difficile de déterminer le statut précis. Sans nul doute la confrontation avec le contenu des timbres sur Dr. 20 pourra aider à préciser les choses mais il est probable selon nous, que ces centres de production appartenaient bien à de grandes propriétés rurales. Leur isolement pourrait être lié à la nécessité, pour leur propriétaire, de les installer au plus près du fleuve et/ou des glaisières, indépendamment donc de leur lieu de résidence rural, fondé alors que la production régionale de Dr. 20 n’avait pas encore commencée. Enfin, quelques centres de production d’amphores sont liés à des agglomérations (Arva, Carmona, Oduccia) et l’on ne s’étonnera pas de trouver dans ce groupe, le grand atelier de la Catria ainsi que plusieurs autres disposant, à partir de l’époque flavienne, du statut de portus, attesté par les timbres.

Enfin, au cours des campagnes de prospections, 390 timbres, certains inédits ou n’ayant jamais été rattachés à un atelier, ont été recueillis dans la zone étudiée.

L’objectif de la campagne de prospections géophysiques réalisée en septembre 2016 par F. Lévêque et A. Camus était d’identifier des sites potentiels avec des fours pour la cuisson des amphores (fig. 5). Les zones prospectées avaient été choisies sur la base de la présence de concentrations d’indices en surface, détectées lors des prospections pédestres de février 2016. Il s’avère que les anomalies les plus favorables pour être des candidats à un four ne sont pas situées dans ces zones de forte concentration de tessons d’amphores Dr. 20 mais à leur périphérie, ce qui en soi, constitue une information intéressante.

Fig. 5 — Vue des prospections géophysiques sur l’atelier de La Rambla (Lora del Río). Cl. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 5 — Vue des prospections géophysiques sur l’atelier de La Rambla (Lora del Río). Cl. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

À El Acebuchal (Lora del Río), le cœur du site est constitué d’une zone bâtie orthonormée mais il existe néanmoins trois anomalies à l’ouest, attribuables à des fours (fig. 6). Ces dernières se distinguent des autres anomalies également attribuables à des fours, par leur forte intensité. Cette différence trahit-t-elle des profondeurs d’enfouissements différentes ? Les fours d’Acebuchal seraient-ils constitués de matériaux plus magnétiques ? Pour l’atelier inédit de La  Rambla (Lora del Río), qui a livré des témoins caractéristiques (surcuits, éléments de fours, bassines pour la production des amphores, etc….) et surtout 8 timbres sur amphores à huile Dr. 20, les résultats des prospections magnétiques réalisées en septembre par F. Lévêque et A. Camus (voir infra) ont confirmé la présence de fours (au moins 3) ce qui valide l’identification de ce site comme centre de production d’amphores. Le site de La María (Lora del Río) est le moins favorable alors que c’est lui qui a livré les quantités de mobiliers les plus importantes (500 anses, 250 bords). En effet, les structures cartographiées en prospection magnétique sont très détériorées par le travail du sol. D’autre part, seule une petite partie de la zone a été prospectée. Il n’y a peut-être pas d’unité de cuisson sur la surface prospectée et les seules anomalies qui pourraient être révélatrices de la présence d’un four restent modestes.

Fig. 6 — El Acebuchal, grand bâtiment à cour centrale à droite et fours isolés en haut à gauche — Variation du champ magnétique environ 0.2 m au —dessus du sol. Système de coordonnées planaires WGS84. Doc. F. Lévêque et A. Camus, Université de La Rochelle del. 2016.

Fig. 6 — El Acebuchal, grand bâtiment à cour centrale à droite et fours isolés en haut à gauche — Variation du champ magnétique environ 0.2 m au —dessus du sol. Système de coordonnées planaires WGS84. Doc. F. Lévêque et A. Camus, Université de La Rochelle del. 2016.

Au terme de ces investigations, le meilleur candidat pour une fouille apparaît donc être le site de La Rambla. Une cartographie haute résolution a été réalisée sur la partie du site la plus intéressante. Son dépouillement ne pourra se faire qu’à partir des informations relevées après décapage de la couche de terre arable. Une telle cartographie à haute résolution pourrait également être réalisée sur le site de El Acebuchal pour préciser la géométrie des structures.

En ce qui concerne la question de la production d’huile, indissociable selon nous de la problématique des ateliers de Dr. 20/Dr. 23, les progrès réalisés sont très significatifs. La plupart des ateliers sont associés à des vestiges de villae qui comportent des indices d’une production d’huile. Dans certains secteurs comme celui de La Maria (fig. 7), les complexes domaniaux réunissant villa/huilerie/atelier d’amphores sont espacés de 1000 à 1500 m seulement ce qui indique une occupation extrêmement dense de l’espace rural. On voit très bien également que le Guadalquivir n’est pas répulsif pour l’habitat ce qui pose la question de la régularité de son débit dans l’Antiquité et de l’impact réel de ses crues potentielles.

Fig. 7 — Répartition des ateliers et des villae/huilerie du Haut —Empire dans la zone de La María (Lora del Río). Doc. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 7 — Répartition des ateliers et des villae/huilerie du Haut —Empire dans la zone de La María (Lora del Río). Doc. Q. Desbonnets, LabEx Archimede del. 2016.

Une dizaine d’établissements ruraux comportant des huileries a par ailleurs été prospectée. Parmi ces huileries, huit sont inédites et ne figurent pas dans les recensions de M. Ponsich ce qui permet de densifier la carte archéologique existante. Les observations réalisées permettent le plus souvent de localiser avec une grande précision, l’emplacement topographique des installations de pressurage grâce à la présence d’éléments de pressoirs mais surtout de briquettes d’opus spicatum qui étaient utilisées pour la construction des sols en dur et des dispositifs canalisant l’huile et les eaux de végétation issues des opérations de presse. Par ailleurs, les nombreuses découvertes de dolium confirment l’importance de ce conteneur dans la chaine opératoire de production et de stockage de l’huile et il a été observé que les concentrations existantes se trouvaient la plupart du temps à proximité immédiate de l’endroit où était localisée la salle des pressoirs. Ces multiples attestations ne peuvent pas renvoyer uniquement à des exemplaires utilisés dans le processus de décantation de l’huile mais sont liées plus sûrement à l’existence de celliers où était conservée l’huile. Ces découvertes font écho à la mise en évidence en 2015, sur plusieurs ateliers de la vallée du Guadalquivir, d’une production avérée de dolium. La mise en évidence de tels dispositifs serait une grande nouveauté dans la mesure où l’opinion communément admise est que l’huile produite dans les établissements ruraux et villae était transportée en outre vers les ateliers de Dr. 20 où elle était conditionnée en amphore, pour être acheminée vers Hispalis puis vers les centres de consommation de l’Occident romain. Nous avons déjà souligné, à plusieurs reprises, combien était fragile cette hypothèse car la période de production de l’huile correspond à la période de l’année pendant laquelle, la mer et l’océan étaient fermés à la navigation hauturière. Cette réalité imposait donc le stockage de l’huile pendant quelques mois et l’on peine à imaginer que celui-ci se faisait dans des amphores, sur les lieux de production de ces dernières ou bien dans des entrepôts à Hispalis, le dolium représentant une alternative plausible à ce mode de conditionnement.

Les résultats des prospections pédestres dans la zone de Cordoue

 Les recherches réalisées pendant l’année 2016 dans cette zone ont été particulièrement fructueuses. Au final et dans l’attente des résultats définitifs, en cours de formalisation, c’est tout le passif d’incertitudes sur la chronologie, la taille des 30 ateliers de ce secteur et leurs liens avec les villae et établissements ruraux qui est en cours de résorption puisque 19 centres de production, qui ont livré 320 timbres (fig. 8) et plusieurs centaines de bords, ont été traités. Dans l’état actuel des recherches, on voit que de nombreux ateliers apparaissent dans le second tiers du Ier s. et présentent de longues durées de fonctionnement qui montrent la grande stabilité du réseau des centres de production d’amphores. Le IIe s. qui est considéré comme la période durant laquelle la diffusion des Dr. 20 est la plus massive, n’enregistre pas réellement de nouvelles créations d’atelier ce qui semble confirmer la solidité de ce réseau du Ier s. Au IIIe s., la production sur un nombre plus restreint d’ateliers paraît massive mais semble s’interrompre assez brutalement puisque les Dr. 23, postérieures aux années 270/280, ne sont tournées que dans cinq ateliers ce qui, encore une fois, semble révélateur de différences marquées avec la vallée du Genil, pourtant proche.

Fig. 8 — Timbre sur Dr. 20 «LIBERALINIS » à la surface de l’atelier d’El Temple (Almodóvar del Río). Cl. S. Mauné, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 8 — Timbre sur Dr. 20 «LIBERALINIS » à la surface de l’atelier d’El Temple (Almodóvar del Río). Cl. S. Mauné, LabEx Archimede del. 2016.

Du point de vue épistémologique, l’élément le plus novateur et intéressant de ces recherches nous semble être la découverte de l’atelier inédit de Fuente de los Peces (Fuente Palmera) qui a livré les témoins d’une production d’amphores à huile d’époque augustéenne, découverte rarissime s’il en est puisque jusqu’à présent, nous ne connaissions qu’un centre de production daté de cette période, celui de Carmo/Carmona, étudié par E. García Vargas et E. Conlin. A l’évidence, et compte tenu des observations de terrain, il ne s’agit pas d’un petit atelier et son emprise importante, la présence de deux timbres distincts, comme l’existence d’une production d’amphores de tradition ibérique ajoutent encore à son intérêt et à sa complexité. Enfin, son implantation topographique est riche d’enseignement puisqu’il se trouve à 3 km de la rive gauche du Guadalquivir (bassin versant du Tamujar), dans un secteur de plateau assez isolé. Cette découverte nous invite à prendre en considération le fait que bien d’autres ateliers, contemporains ou postérieurs, pourraient se trouver dans une configuration similaire. Lorsque l’on se souvient que plus de 60% des 2500 timbres connus, trouvés sur les sites de consommation, ne sont pas attribuables à l’un des cent ateliers existants, on comprend mieux l’intérêt heuristique de ce dossier.

Dans la partie inférieure du bassin versant de la rivière Tamujar, près de sa confluence avec le Guadalquivir, l’atelier d’El Mohino (Palma del Río), daté des IIe et IIIe s. a fait l’objet de recherches approfondies (Fig. 9). Jusqu’à présent, ce grand centre de production avait été présenté comme un unique ensemble archéologique où trois noms de figlinae différents étaient mentionnés par les timbres : Scalensia, Serviana et Tallianensia. Lors des recherches de terrain, l’excellente lisibilité du sol et la prospection systématique réalisée sur plus de 6 ha ont permis d’identifier trois zones distinctes : une grande villa de 2,5 ha, dénommée Mohino 2 (Ier-IV e ap. J.-C) où se trouve une zone de production d’amphores Dr. 20 et Dr. 23 (fin Ier-Ve s.), une zone plus au sud où a été repérée un atelier de 0,5 ha (Mohino 1) qui a produit des Dr. 20 dans les années 30/60 ap. J.-C. et enfin, une autre zone d’atelier d’1 ha (Mohino 3) qui n’a fonctionné qu’à l’époque flavienne et au début du IIe s. ap. J.-C.

Fig. 9 — Vue aérienne prise du sud du grand complexe domanial del Mohino (Palma del Río). Doc. V. Lauras et I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 9 — Vue aérienne prise du sud du grand complexe domanial del Mohino (Palma del Río). Doc. V. Lauras et I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2016.

Ces trois concentrations ont fait l’objet de trente tests de ramassage disposés en deux lignes et les mobiliers ont été individualisés puis inventoriés. Ces collectes ont permis de récolter plus de 300 bords de Dr. 20 mais aussi d’amphores vinaires Haltern 70 ainsi qu’une quarantaine de timbres qui enrichie le corpus épigraphique local. L’analyse en cours des mobiliers, sous la forme d’un SIG, devrait permettre, nous l’espérons, de mieux localiser les trois figlinae attestées sur les timbres. Il est probable que les ateliers Mohino 1 et 3 étaient associés à la villa dans l’emprise de laquelle a été mise en évidence la production la plus longue de Dr. 20/Dr. 23 mais l’existence d’un noyau artisanal antérieur (Mohino 1), bien détaché topographiquement, interpelle sur la configuration initiale du complexe domanial. Ce cas de figure est intéressant car il montre l’importance des repérages de surface qu’il est indispensable de mettre en place sur et autour des ateliers connus afin de déterminer ou pas la présence de quartiers plus anciens ou plus récents, détachés topographiquement du noyau principal.

A l’extrémité nord de la zone étudiée, l’atelier d’El Sotillo (Almodóvar del Río), siège de la figlina Oleastrum, a été prospecté systématiquement et une couverture photographique aéroportée de la berge de l’arroyo du même nom a été réalisée (fig. 10). Sur plus de 150 m de longueur sont en effet visibles des niveaux de rebuts de production d’amphores pouvant dépasser 2,50 m d’épaisseur, entaillé par les crues du ruisseau (fig. 11). Le site est installé à la confluence du Sotillo et du Guadalquivir (rive gauche), à plusieurs centaines de mètres au nord de l’atelier d’El Temple et couvre plus de 1,5 ha. Sa chronologie est à présent bien appréhendée grâce à l’abondant mobilier qui a été ramassé : il est actif dès les années 30 ap. J.-C. mais semble connaître, comme l’atelier de Las Delicias à Ecija, un hiatus entre les années 60/70 et 140/150 ap. J.-C., puis montre un grand dynamisme jusqu’au troisième quart du IIIe s. Dans la première moitié du IIIe s., il semble même être à l’origine de l’apparition d’un petit atelier satellite dénommé Cortijo del Sotillo, comme l’indiquent les timbres identiques trouvés sur les deux lieux de production.

Fig. 10 — Vue aérienne prise du sud —ouest de l’atelier del Sotillo (Almodóvar del Río). Doc. V. Lauras et I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 10 — Vue aérienne prise du sud —ouest de l’atelier del Sotillo (Almodóvar del Río). Doc. V. Lauras et I. González Tobar, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 11 — Vue depuis l’arroyo del Sotillo des niveaux de rebuts de production de Dr. 20 mis au jour par les crues. Cl. S. Mauné, LabEx Archimede del. 2016.

Fig. 11 — Vue depuis l’arroyo del Sotillo des niveaux de rebuts de production de Dr. 20 mis au jour par les crues. Cl. S. Mauné, LabEx Archimede del. 2016.

En parallèle à ces recherches et parce que le sujet de thèse de Iván González Tobar qui a démarré en octobre 2016, porte sur la caractérisation socio-économique des ateliers, une partie du travail a également concerné les villae et grands établissements ruraux potentiellement liés aux centres de production d’amphores à huile. Les données recueillies en 2016 confirment les liens qui existaient entre villae et ateliers d’amphores et montrent que cette activité était pleinement intégrée à la sphère domaniale. Quelques fabriques isolées existent mais elles sont très minoritaires. Par ailleurs, on ne trouve pas comme dans la zone Penaflor/Lora del Río, de mention de portus sur les timbres et l’implication des agglomérations/municipes flaviens dans la production de Dr. 20 semble avoir été inexistante. Le dossier de la villa d’El Cercado et de l’atelier de Dehesa de Arriba (Posadas), siège de la figlina Trebeciana (http://archimede.cnrs.fr/index.php/actualites/571-projet-oleastro) semble prometteur et d’autres recherches, en particulier toponymiques, seront menées dans ce secteur pour approfondir l’analyse.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *